• Accueil
  • > Recherche : ville lubumbashi

Résultats de la recherche pour ' ville lubumbashi '



POLITIQUE: Tshisekedi à la conquête du Katanga;Moïse Katumbi appelle la population au calme !

moisekatumba.jpg

De retour des vacances en Europe, le gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi a appelé, mercredi 27 juillet, les Katangais au calme en prévision de l’arrivée du président de l’UDPS Etienne Tshisekedi, dans la province. Le leader de l’UDPS est attendu à Lubumbashi, capitale de la province du Katanga, le vendredi 29 juillet.Moïse Katumbi a affirmé qu’Etienne Tshisekedi est la bienvenue au Katanga avant de lancer:«En démocratie, chacun a le droit de s’exprimer.»Le gouverneur du Katanga a indiqué que le président de l’UDPS doit se sentir en sécurité parce qu’il est dans son pays.Il a aussi demandé aux militants de ce parti d’aller accueillir leur président, souhaitant que cette arrivée n’occasionne aucun dégât.

Au sujet de la rumeur relayée par certains médias sur son prétendu exil, Moïse Katumbi a affirmé qu’il était parti en Europe pour des vacances avec l’autorisation du chef de l’Etat.Candidat annoncé à la présidentielle prévue en novembre 2011 en RDC, Etienne Tshisekedi doit arriver à Lubumbashi de retour d’une tournée qui l’a conduit notamment en Amérique, en Europe et en Afrique du Sud.

Le président national de l’UDPS, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, a décidé d’aller à la conquête du Congo profond après sa tournée euro-américaine et sud-africaine. Première étape, Lubumbashi, chef-lieu du Katanga considéré comme fief électoral incontesté de la Majorité présidentielle. C’est par la ville de Lubumbashi, chef-lieu du Katanga, que le président national de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Etienne Tshisekedi wa Mulumba, a choisi de fouler le sol congolais. Le lider maximo est attendu demain dans la capitale cuprifère. Apparemment, le leader de l’Opposition s’est presqu’imposé un défi en décidant d’aller à la conquête du fief électoral incontesté du leader de la Majorité présidentielle, Joseph Kabila Kabange.

Prélude à la grande campagne électorale pour la présidentielle du 28 novembre 2011, le déplacement d’Etienne Tshisekedi dans le Katanga est un test grandeur nature pour l’UDPS qui s’est toujours targué d’être un parti national, voire nationaliste.

Des nouvelles en provenance de Lubumbashi font état d’une effervescence dans la ville cuprifère. Les militants de l’UDPS, qui se comptent par milliers, se sont déployés dans la ville pour réserver un accueil délirant à leur leader. L’arrivée d’Etienne Tshisekedi à Lubumbashi est commentée de diverses manières dans les salons politiques. Mais dans les rangs de l’UDPS, l’on ne s’en émeut pas. En tant que Congolais, se défendent-ils, Tshisekedi est libre de choisir son point d’entrée au pays. Lubumbashi constitue la première étape d’une tournée nationale qui conduira le président national de l’UDPS, notamment dans la Province Orientale, avant les trois provinces du Kivu (Nord et Sud-Kivu et, probablement Maniema).


Kyungu ne s’y oppose pas
D’ores et déjà, l’un des leaders du Katanga, en l’occurrence Gabriel Kyungu wa Kumwanza, du reste président de l’assemblée provinciale du Katanga, n’a pas trouvé d’inconvénient à la présence du président national de l’UDPS à Lubumbashi. « C’est un fils du pays, on ne peut lui interdire de venir à Lubumbashi. Il a ses frères (Ndlr : du Kasaï) qui peuvent bien l’accueillir », a déclaré Gabriel Kyungu, sur les antennes de Télé 7.

De son côté, Tshisekedi a, avec un peu d’humour depuis son escale d’Afrique du Sud, indiqué qu’il ne se gênerait pas de loger chez son « petit frère » (Ndlr : Kyungu wa Kamwanza) au cas il ne trouverait pas un logement à Lubumbashi. Voilà des propos qui sous-tendent la décrispation. C’est dire qu’au niveau de l’UDPS, l’on joue à l’apaisement, en évitant toute forme de provocation.

Source:Radiookapi.net & lepotentiel.com

KATANGA-Lubumbashi: inauguration d’une briqueterie moderne KCM

briques.jpg

Une nouvelle briqueterie industrielle dénommée « Katanga Cley manufactory » (KCM) a été inauguré lundi 06 septembre dans la ville de Lubumbashi. Sa capacité de production est estimée à onze mille sept cents briques par jour.
D’après les responsables de cette nouvelle industrie, la briqueterie KCM n’est qu’à sa première phase. Elle emploie deux cents personnes.
Pour l’heure, la briqueterie « Katanga Cley manufactory », située au quartier Kalebuka dans la commune annexe, à Lubumbashi, est la seule briqueterie industrielle de la province. C’est qui est une première, selon les observateurs.Au début, il s’agissait d’un four artisanal qui, pendant deux ans, a produit un million cinq cents mille briques à l’aide de la coke.
De ces briques, indiquent les sources proches de cette nouvelle société,  huit cent cinquante mille ont servi à la construction du four industriel de cette même société.

L’exploitation, signalent les mêmes sources, se fera en deux phases. La première, celle qui a démarré ce lundi, consiste à fabriquer des briques pour la construction des cloisons.
La deuxième, quant à elle, portera sur la fabrication des briques de fondation, des tuiles et autres matériaux de construction.Cette nouvelle briqueterie vient renforcer les capacités de construction non seulement dans la ville de Lubumbashi, mais aussi à travers toute la province, indiquent les mêmes sources.
Car, d’après toujours ces sources,   la plupart des maisons dans la province du Katanga sont construites avec des briques fabriquées artisanalement et cuites à l’aide du bois de chauffage ou de braises.

Il faut noter, par ailleurs, que cette briqueterie moderne utilise la coke pour éviter le déboisement. Elle exploite également une réserve en argile et en latérite de plus de deux siècles.Pour rappel, les travaux de construction de la briqueterie « Katanga Cley manufactory », ont démarré au mois d’octobre 2008,  notamment avec  l’aménagement du site.Ils ont été exécutés sur le terrain par trois entreprises de la place à savoir, Katco, MCK et Safricas.

Source:radiookapi.net

KATANGA-PPRD:Katumba Mwanke défend la vision de Kabila à Pweto !

27698625.jpg

Faut-il édulcorer la vérité lorsque les faits sur terrain attestent de façon indubitable que le travail de modernisation est réellement en marche d’un coin à l’autre du pays ? Les mauvaises langues ont-elles assez d’arguments pour convaincre que la transformation d’un pays peut se faire par un coup de baguette magique ? Toutes ces questions et tant d’autres ont trouvé des réponses sans équivoque hier, mercredi 10 juin 2010, au cours d’une émission animée par Séverin Bamany de Digital Congo et à laquelle ont pris part quatre Honorables Députés Nationaux dont l’un de l’Opposition.

En toile de fond de ce débat, trois idées fortes développées par Augustin Katumba Mwanke, Député National, élu de la circonscription électorale de Pweto, dans la Province du Katanga, à l’occasion de l’inauguration du siège du PPRD dans cette partie du pays. L’homme a démontré, preuve à l’appui, que le PPRD est et demeure la seule grande force politique du Pays ; que les cinq chantiers, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, à Pweto et partout ailleurs, à travers la République, sont une réalité. Qu’enfin, Kabila est un homme qui tient parole. Même s’il faut reconnaître certaines failles inhérentes somme toute à la nature humaine, l’action menée par le Chef de l’Etat, a soutenu Katumba Mwanke est positive à tous égards.

Pweto, fief électoral de l’Honorable Député Augustin Katumba Mwanke reste et restera un exemple parmi tant d’autres du travail de fourmi qui se réalise dans le cadre de la modernisation du Pays, à travers les cinq chantiers de la République. L’eau, l’électricité, l’accessibilité à la ville par les voies routière, aérienne et navigable, construction des infrastructures économique, hospitalière… sont là des preuves indubitables que les chantiers de la République, sous l’impulsion de Joseph Kabila, à Pweto et dans d’autres coins du pays, sont une réalité. Quatre Députés Nationaux dont Gertrude Kalaba, élue de Lubumbashi et membre de la CODECO (AMP), Oscar Gema, élu de la Lukunga à Kinshasa, membre du PPRD, Jean-Claude Vuemba, élu de Kasangulu, dans le Bas-Congo, Président National du MPCR, Opposition politique et enfin, Aubin Minaku, élu d’Idiofa, dans le Bandundu, PPRD, ont su donner leurs avis respectifs sur les trois idées forces de Katumba Mwanke. PPRD : grande force politique du pays Partie d’une projection de ce qu’a été la journée du 4 juin 2010, à Pweto, au Katanga, fief de l’Honorable Député Augustin Katumba Mwanke, les invités de Séverin Bamany, du moins ceux de la Majorité, ont reconnu que le PPRD reste la seule force, sur l’échiquier national, capable de conduire Joseph Kabila à prendre le strapontin pour le second quinquennat de 2011 à 2016.

Face à l’optimisme beat de la majorité, Jean-Claude Vuemba a considéré, au regard des soubresauts de ces derniers jours, avec la création du CLP au sein de l’Amp, que cette alliance ressemble fort bien à un bateau qui prend de l’eau de toute part. En dépit de cette faiblesse au sein de l’Amp, ses membres pensent qu’il s’agit là d’une querelle de famille qui ne peut aucunement occulter le respect des accords. Que par ailleurs, ont-ils fait savoir, c’est l’Opposition qui bat de l’aile, parce qu’incapable, à ce jour, à se doter d’un Porte-parole alors que le texte qui régit l’Opposition institutionnelle a été adopté au Parlement et promulgué par le Chef de l’Etat. Raison des cinq chantiers Parti d’un constat malheureux, macabre selon lequel le pays était dans un gouffre, un Député de la majorité a prouvé que les cinq chantiers, aujourd’hui, valent la peine. Aubin Minaku a répertorié quelques infrastructures autrefois délabrées. Comme dans le domaine de la santé, l’éducation,… Mais, a-t-il dit, avec ce qui est fait à Pweto, il y a de quoi se féliciter car, le bon travail avec le concours des propres fils du terroir, du Gouvernement central et provincial ainsi que des partenaires miniers qui exercent leurs activités dans le coin. Poursuivant sa réflexion, Aubin Minaku est resté ferme pour soutenir que les chantiers sont un processus à long terme.

Ils visent la modernisation et la construction du pays. D’où vient, a-t-il précisé, l’on ne peut construire le pays au cours d’un seul mandat. Cet avis a été nuancé par l’Honorable Jean-Claude Vuemba. Pour lui, les résultats obtenus jusque-là sont insatisfaisants. Encore que les chantiers n’ont pas atteint totalement sa province où la route numéro 16 qui relie Kisantu à Kimvula n’est pas encore réhabilitée. Kabila : Homme de parole Rappelant les propos de son discours d’investiture du 6 décembre 2006, les invités de Bamany ont soutenu que Katumba Mwanke a bien vu lorsqu’il affirme haut et fort que Joseph Kabila est un homme de parole. Aujourd’hui, le rétablissement de la paix, la réunification du pays, le redémarrage économique et le plan directeur de modernisation du pays sont des réalités.

A Pweto, la population parle aujourd’hui en terme d’Internet, de téléphone, de radio, de télévision, des domaines autrefois considérés comme un mystère. Alors, ne pas reconnaître ces faits, a-t-on fait savoir, relève de la malhonnêteté.

Source:laprosperiteonline.net

KATANGA:A qui profite les folles rumeurs à Lubumbashi

jopict184.jpg

Il n’aura fallu que quelques heures pour plonger la capitale du Katanga dans la panique. Une rumeur « d’attaque imminente » a fait le tour de la ville dimanche dernier. Depuis, une véritable psychose s’est installée à Lubumbashi, renforcée par une forte présence armée aux points stratégiques de la ville. Des hommes armés devaient attaquer la Radio télévision nationale (RTNC), l’aéroport International, la Poste et le Gouvernorat… mais rien n’est venu.

Dimanche 24 mai, les habitants de la Lubumbashi ont d’abord vu se déployer des éléments des forces de sécurité lourdement armés sans aucune explication officielle. Puis, la rumeur d’une attaque armée a commencé à se propager en ville.  On parlait d’une centaine d’hommes armés, arrivés  quelques heures plus tôt à l’aéroport de Lubumbashi et qui faisaint route vers le centre-ville. Autour de cette « pseudo attaque » : pas de motif  et pas d’identité pour les agresseurs… depuis, les « attaquants » ont disparu dans la nature.

Pourtant, les autorités prennent les choses au sérieux, une réunion de sécurité est convoquée pour le lundi et le ministre provincial de l’Intérieur, Jean-Marie Dikanga Kazadi, a affirmé qu’un groupe armé a voulu troubler l’ordre public dans la ville de Lubumbashi. « Quelques suspects ont été arrêtés et sont actuellement entre les mains des services compétents » selon les autorités du Katanga. D’après le ministre provincial de l’Intérieur, les personnes arrêtés seraient d’anciens soldats démobilisés, mais aussi des civils.

Le Katanga a déjà connu plusieurs alertes ces dernières années. En décembre 2009, des dizaines de personnes soupçonnées de vouloir renverser le pouvoir en place avaient été arrêtés à Lubumbashi et au mois de février 2010, un autre groupe d’hommes armés avaient fait semé la panique dans le quartier « Tabacongo » en échappant à la Police. Il y a quelques semaines, des ex-miliciens FDLR se sont installés au Katanga grâce au programme de démobilisation PAREC. Ces anciens soldats ont été désarmés avant leur arrivée dans la province, mais la population avait vivement contesté cette « délocalisation ».

Source:afrikarabia2.blogs.courrierinternational.com

Moïse Katumbi Chapwe, gouverneur du Katanga fait peur

moisekatumbi.png

C’est une lapalissade de dire aujourd’hui que Moïse Katumbi Chapwe est le politicien le plus populaire du Katanga. Non seulement parce qu’il est le gouverneur de province élu, mais également parce que les Katangais croient en lui quant à la reconstruction et au développement de leur espace vital. Cette assertion se vérifie à chacun de ses déplacements dont le dernier en date est celui qu’il a effectué la semaine passée dans le territoire de Bukama, district du Haut-Lomami. L’accueil chaleureux et délirant lui réservé par la population locale a donné des tournis à ses adversaires politiques du coup désabusés dans leurs prophéties maléfiques.

Gouverneur élu du Katanga, Moïse Katumbi a entrepris une tournée à travers les territoires de sa juridiction afin de palper du doigt le vécu quotidien des populations mais aussi prendre la température de l’exécution des cinq chantiers de la République dans la province du cuivre.

Après Kalémie, dans le Tanganyika, le gouverneur du Katanga s’est rendu mercredi 24 février 2010 dans le territoire de Bukama, dans le district de Haut-Lomami. De sa descente du petit porteur posé sur le petit aérodrome du chef-lieu du territoire, Moïse Katumbi a été chaleureusement accueilli par une masse noire en délire. Celle-ci l’a obligé à effecteur la marche à pieds jusqu’au lieu aménagé pour le meeting. Ce bain de foule a signé, si besoin en était encore, le mariage scellé entre le gouverneur de province et sa population, quel que soit le coin du Katanga. Mais en plus, cet enthousiasme populaire, de même que le rapprochement spontané ont vite fait de déjouer tous les calculs des apprentis sorciers qui s’étaient improvisés prophètes de malheur. Ils ont toujours vu d’un mauvais œil la popularité du maillot jaune du scrutin législatif de 2006. Ils multiplient les stratégies et combines pour le faire descendre de son piédestal mais en vain.

Ils font du tapage dans la presse en laissant entendre que le Katanga serait géré à partir des dons ! Est-ce pour dire qu’ils sont conscients de la privation des moyens dont fait l’objet le gouverneur du Katanga ? Malgré cela, on le charge de calomnies de toutes sortes, sans omettre des peaux de bananes. L’homme n’a été ni caillassé ni hué. Au contraire, c’était une communion automatique qui a redonné l’espoir et mobilisé pour l’implication de tous dans la réalisation des cinq chantiers de la République prônés par le chef de l’Etat.

En guise de réponse, il a mis au défi tous ses détracteurs de montrer de quoi ils sont capables pour la réélection de Joseph Kabila en 2011. A ses frais il a sillonné la République en 2006 pour battre campagne pour le chef de l’Etat. Quant à ses délateurs, c’est à se demander s’ils ne vont pas rééditer l’exploit de 2006 en empochant les frais de campagne et en détournant le matériel roulant y affecté ?

Se disant d’avoir la conscience tranquille, il a, sans froid aux yeux, demandé à la population de Bukama de ne jamais perdre de vue qu’ils ont Joseph Kabila comme seul candidat à l’élection présidentielle de 2011. Aussi les a-t-il appelés de rester vigilants et ne pas se laisser manipuler par des démagogues de tous bords.

Aussitôt hissé sur la tribune montée pour la circonstance, Moïse Katumbi a parlé à la foule de manière directe et franche. Et son adresse a été ponctuée de cris de joie et d’approbation. Sans fioritures, il a dénoncé l’entretien par certains politiciens des clivages ethniques, lesquels empêchent la cohésion sociale à même de booster l’élan vers les actions de développement de la contrée. Cela après avoir fait le constat selon lequel le territoire de Bukama se meurt : pas d’écoles ni centres de santé viables ; pas d’infrastructures routières, scolaires, sanitaires. Les écoles sont faites de huttes et manquent de bancs et de tableaux noirs. Les élèves étudient à même le sol ou s’asseyent sur des briques adobes non couvertes. Les centres hospitaliers manquent de médicaments et de matériel adéquat pour les soins appropriés. Dans la foulée, il a fustigé le fait que l’on ait abandonné une morgue et un groupe électrogène envoyés à l’époque à l’hôpital de référence. Signe d’une négligence coupable car, selon des témoignages, le coût de réparation des pannes serait aléatoire.

Quant à l’habitat, il est, de manière générale, digne de l’antiquité. Aussi d’aucuns se sont-ils demandé si Bukama n’avait pas de députés ou hommes d’affaires capables de transformer leur fief en cité moderne. D’autant que certaines indiscrétions recueillies sur place renseignent que nombre de politiciens du coin préfèrent loger dans des couvents lors de leurs vacances ou congés. D’autres se sont distingués dans la spoliation et l’aliénation aussi bien des biens publics que privés.

La pauvreté de la population de Bukama peut-elle se justifier ? Moïse Katumbi a dit non. Et pour cause. Le territoire est réputé cité de pêcheurs. Quasiment tous les grands noms de poissons commercialisés dans le Katanga et ailleurs sont pêchés à Bukama. Ce qui manque c’est l’organisation dans le chef des pêcheurs qui se laissent tromper par des commerçants véreux. Ceux-ci achètent du poisson à vil prix et font de gros bénéfices sur le dos des pêcheurs.

DE LA PAROLE A L’ACTE

Sans se faire prier, le gouverneur a promis de doter Bukama d’une chambre froide qui sera alimentée par un gros groupe électrogène. Il s’agit là d’un don à titre personnel destiné à congeler du poisson frais et de permettre aux pêcheurs de le vendre au prix réel et d’en tirer meilleur parti. D’autant que sa visite coïncidait avec l’ouverture solennelle, dans les soixante-douze heures qui suivaient, de la saison de pêche. Dans la foulée, des mesures ont été prises à l’encontre de tous ceux qui avaient violé la consigne pendant la période de fermeture.

L’autre constat fait par le gouverneur du Katanga c’était les tracasseries policières qui s’illustrent par des taxes diverses et fantaisistes. L’annonce de sévir a été faite séance tenante.

Revenus à Lubumbashi, Moïse Katumbi n’a pas tardé à matérialiser ses promesses. Un millier de bancs importés a acheminé vers Bukama en fin de semaine dernière. La réhabilitation des écoles est à pied d’œuvre. Les équipes de football ont bénéficié d’équipements sportifs et ballons. Concernant la réfection des infrastructures routières, de nouveaux ateliers de l’Office des routes ont été mis sur la route vers Bukama en remplacement de ceux devenus inutilisables.

Les mêmes promesses ont été réalisées en ce qui concerne la ville de Kalemie où des nouveaux transformateurs de grande capacité ont été envoyés pour permettre à la SNEL de fournir du courant électrique à la population. Il en est de même de la Regideso qui a bénéficié d’équipements dont elle avait besoin pour l’adduction d’eau potable qui avait manqué pendant une longue période.

Cette itinérance se poursuit normalement. D’où est-il traité de gouverneur infatigable et engagé. « Je ne me lasserai jamais d’agir en faveur de la population katangaise car je tiens à mon slogan de campagne électorale qui était : « tumechoka mateso » (NDLR : Nous sommes las de la misère). Moïse Katumbi Chapwe a fait de cette profession de foi son leitmotiv. Au point que cela a conforté son engagement au service de ses électeurs, malgré la modicité des moyens mis à sa disposition.

Source: lepotentiel.com

12345...7

Kashengeneke Mountain

Kashengeneke Mountain

CATÉGORIES

  • Album : PHOTOS GALLERIES
    <b>imageslubumbashiii.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur: JOEL KALUMBA

Joel Kalumba

LA RDC

LA RDC

Sondage

D'après vous, Qui est le Meilleur Candidat aux Présidentielles 2011?

  • VITAL KAMERHE (0%, 0 Votes)
  • JOSEPH KABILA (0%, 0 Votes)
  • OSCAR KASHALA (0%, 0 Votes)
  • ETIENNE TSHISEKEDI (0%, 0 Votes)
  • KENGO WA DONDO (100%, 0 Votes)

Nombre de votants: 0

Chargement ... Chargement ...

SOYEZ LE BIENVENU

Mwaiseni mwa Mpweto Kanyamabumba.Nga mulalanda ululimi lwa Cibemba, tulemyeba ukuti mututumine ifikope ifya lekana lekana mu cende yonse iya Babemba.Twamitotela pa kutwa fwilisha umulandu abakwesu baleishibikwa mwi sonde lyonse.

CALENDRIER

septembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

lifestyle |
Le Blogidien |
le charl'is |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien