• Accueil
  • > Recherche : tp mazembe sa victoire

Résultats de la recherche pour ' tp mazembe sa victoire '

Moïse Katumbi : L’homme qui peut déboulonner Joseph Kabila en RDC

MKCLe richissime homme d’affaires, Moïse Katumbi Chapwe, 50 ans révolus, qui a fait fortune dans le secteur privé avant de s’engager en politique, est possiblement celui qui pourrait succéder à Joseph Kabila au pouvoir depuis 15 ans en République démocratique du Congo (RDC).
C’est désormais officiel, celui qui était depuis 2007 jusqu’à hier gouverneur de la riche province du Katanga et membre du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), parti cher à Joseph Kabila, vient de démissionner de son poste de gouverneur. Moïse Katumbi a immédiatement pris ses distances avec Joseph Kabila, en claquant également la porte du parti présidentiel dont il était représentant provincial.
Dans sa lettre de démission, Moïse Katumbi dit : « Au moment où nous, peuple congolais, entrons dans la dernière ligne droite du dernier mandat constitutionnel du président de la République, les faits indiquent que depuis maintenant un an, tout est mis en œuvre pour ne pas respecter la Constitution […] Je m’oppose fermement à tout prétexte pour retarder les élections […] Ces derniers temps, trop d’exemples doivent nous alerter : arrestations arbitraires de militants pro-démocratie, interdictions de sorties de films, intimidations de toutes sortes, répressions policières de plus en plus violentes, coupures des connexions Internet […] Il est de mon devoir, en tant qu’homme politique d’interpeller nos dirigeants sur ces dérives inacceptables. »

En effet, quand bien même il ne se serait pas encore prononcé officiellement sur son avenir politique, il s’agit à mon avis d’un secret de polichinelle. Cette double démission ne laisse aucun doute sur ses intentions de briguer la présidence de la république. Depuis très longtemps, on le voyait venir avec cette annonce qui marque définitivement la rupture avec le régime Kabila.
Il y a quelques mois passés, il avait déjà annoncé qu’il quitterait son poste de gouverneur de province du Katanga, même si son électorat ne voulait pas l’entendre de cette oreille.
Maintenant qu’il vient de franchir le Rubicon, il n’y a plus de doute possible, c’est désormais une question de quelques jours. Moïse Katumbi va annoncer sa candidature aux élections présidentielles de novembre 2016 pour succéder à Joseph Kabila.

Katumbi peut-il réellement gagner et succéder à Kabila?

Il est important de rappeler que Joseph Kabila a hérité accidentellement du pouvoir de l’État en RDC à la suite de l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila en 2001, qui, lui-même a, avec sa rébellion armée, chassé l’ancien président Mobutu en 1997. Il n’est donc pas arrivé au pouvoir par la voie démocratique.
En 2oo6, Joseph Kabila a, avec le soutien de la communauté internationale, organisé des élections présidentielle et législatives à l’issues desquelles il a été proclamé gagnant. Mais selon l’église catholique qui avait déployé le plus grand nombre d’observateurs électoraux sur toute l’étendue du pays, c’est Jean-Pierre Bemba qui aurait gagné.
En 2011, Joseph Kabila a organisé des nouvelles élections. Cette fois-là encore même scenario, nombreux observateurs déployés aussi bien par l’église catholique que par des ONG internationales disaient que c’est Étienne Tshisekedi qui avait gagné massivement. Et malgré toutes les protestations qu’elles ont soulevées à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, Joseph Kabila est resté au pouvoir avec le soutien de l’armée, de la police et de services secrets, et doit finir son deuxième et dernier mandat dans une année.

Si les élections présidentielle et législatives ont lieu effectivement en novembre 2016 avec Joseph Kabila comme candidat, qui peut le battre et obtenir l’imperium? À cette question, quatre éléments de réponse doivent être considérés (le soutien populaire, l’argent, le soutien des forces de l’ordre et ultimement le soutien international). Considérant ces quatre éléments, il nous semble que M. Katumbi pourrait bien les réunir pour succéder à Joseph Kabila.

Dans le contexte africain où la grande majorité de la population est analphabète, paupérisée, très fragile face à la corruption et au clientélisme, et surtout n’ayant pas suffisamment d’informations pour faire un choix judicieux d’un candidat qui a un projet de société capable de sortir le pays de la misère et la pauvreté, il faut reconnaitre que la période électorale consiste essentiellement à distribuer des petits cadeaux aux électeurs pour obtenir leurs voix. Sur ce point, Moïse Katumbi présente un avantage comparatif. Il a ses propres moyens financiers pour faire campagne sur toute l’étendue du pays. Comme on l’a vue en 2006 et en 2011, la plupart des candidats ne disposaient pas des moyens conséquents pour faire campagne sur toute l’étendue de la RDC, un pays sans infrastructures routières, ferroviaires et aéroportuaires.
C’est évident, qu’avec le capital de sympathie dont il jouit notamment auprès de ses amis de la Majorité présidentielle (MP) et de l’Opposition politique, auprès de la population congolaise en général et particulièrement celle du Katanga, Moïse Katumbi peut assurément obtenir les appuis nécessaires dans toutes les provinces de la RDC pour succéder à Joseph Kabila.

Patron d’un grand club de football congolais « TP Mazembe », qui a déjà remporté à deux reprises la Ligue des champions Africaine et atteint la finale de la Coupe du Monde des Clubs, Moïse Katumbi est populaire à l’intérieur du pays, surtout auprès de la jeunesse, le groupe d’électeurs le plus nombreux dans ce pays. Dans le contexte d’un pays grand comme un continent, sans armée nationale et républicaine, gagner une élection présidentielle est évidemment une très bonne une chose, mais avoir l’effectivité du pouvoir c’en est une autre. Les dernières élections ont démontrés que sans le soutien de l’armée, de la police et de service secret, il est pratiquement difficile d’avoir l’imperium.

Sur ce point également, Moïse Katumbi peut être le mieux placer pour, non seulement battre Joseph Kabila très impopulaire à cause de ses intentions de briguer un mandat de plus, mais également obtenir le soutien de l’armée, de la police et de services secrets dont trois-quarts des hauts gradés sont essentiellement issus de la province du Katanga.

La RDC n’étant pas n’importe quel pays d’Afrique, plusieurs groupes d’intérêts se bataillent pour avoir le contrôle et l’exploitation des minéraux congolais. Ces groupes d’intérêts ont des relais avec les puissants de ce monde qui, malgré votre choix démocratique, décident en dernière ressort qui peut ou non diriger tel ou tel pays.Sur ce point aussi, Moïse Katumbi peut bien compter sur le soutien au niveau extérieur. Né d’un parent Juif qui avait fui la deuxième guerre mondiale pour s’établir au Katanga, Moïse Katumbi bénéficierait de solides soutiens de milieux financiers occidentaux, notamment juifs (Washington, Londres, Tel Aviv, Paris, Bruxelles, Ottawa), très influents dans leurs pays respectifs.

Tout ça réuni, il y a donc peu de chances pour quiconque veut se faire élire, s’il ne dispose pas suffisamment des soutiens énumérés ci-hauts.
Certes, il y a d’autres outsiders qui ont une feuille de route impressionnante et des programmes ambitieux pour le Congo, notamment Noël Tshiani et Freddy Matungulu qui ont fait leur carrière internationale auprès des institutions de Bretton Woods et qui comprennent mieux le système de la gouvernance mondiale. Mais l’entrée en scène de Moïse Katumbi va certainement refroidir bien des ardeurs de ceux qui ambitionnaient également de briguer la magistrature suprême.

Mais une chose est vraie, dans le contexte actuel de la RDC, un pays fragile qui sort lentement d’une longue guerre, avec une armée, une police et des services secrets tribalisés, il nous semble que Moïse Katumbi serait probablement celui qui pourrait jongler avec toutes ces évidences pour déboulonner Joseph Kabila et obtenir l’appui des forces de l’ordre pour stabiliser le pays.Il ne faut surtout pas perdre de vue qu’à quelques mois des élections présidentielles, Joseph Kabila n’a démontré aucun signe qui laisse présager de sa volonté de quitter le pouvoir à la fin de son mandat en 2016. Par contre, sa dernière décision de révoquer les membres de son gouvernement qui se sont opposés à la modification de la constitution, conforte les pressentiments de ceux qui le soupçonnent de vouloir s’accrocher absolument au pouvoir au-delà du délai constitutionnel.

Face à cette réalité implacable, les prétendants candidats à la magistrature suprême devraient comprendre qu’il est nécessaire de fédérer leurs forces autour d’un d’entre eux qui réunit suffisamment d’atouts pour sauver la démocratie en RDC et redonner de l’espoir au peuple congolais.
Si Moïse Katumbi a un destin national, il doit d’abord gagner le paru d’approcher les potentiels candidats pour former une force politique qui fera face à Joseph Kabila. En effet, depuis les premières élections après l’accession du pays à l’indépendance, suivie de celles de 2006 et 2011, l’histoire nous apprend qu’aucun candidat n’a gagné sans avoir fait une coalition avec d’autres forces politiques.

Une bonne équipe est le premier élément essentiel sur lequel repose toute victoire électorale. Moïse Katumbi devrait à tout prix éviter de tomber dans les divisions tribales et s’entourer d’une équipe outillée et professionnelle en communication politique pour polir son image et le faire connaître auprès du public congolais et international. Il doit avoir derrière lui de la matière grise pour analyser, formuler et proposer de supports de communication efficace pour convaincre tous ceux qui sont méfiants et croient à tort ou à raison qu’il serait le candidat de la MP fidèle à Kabila et qui tient à conserver le pouvoir.

http://www.lebabi.net/actualite-abidjan/

KATANGA:Le Président de la République félicite le TP Mazembe pour sa victoire

tpmazembe2.jpg

Le Président de la République, à qui la coupe de champion d’Afrique décrochée pour la seconde fois le week-end par le TP Mazembe, a été présentée a vivement félicité les dirigeants et les joueurs de cette équipe pour cet exploit. Il a indiqué que la main de Dieu est posée sur la RDC en ce qui concerne le succès dans le football. Cette bénédiction divine a commencé en février 2009 avec le sacre des « Léopards » au CHAN.

Il a émis le souhait de voir le TP Mazembe réaliser encore l’année prochaine le triple de la coupe d’Afrique. Après avoir brandi la coupe, le Président de la République a congratulé les joueurs du TP Mazembe pour cette performance qui fait la fierté du football congolais. Auparavant, M. Moïse Katumbi Chapwe, directeur général de TP Mazembe sprl, avait dédié cette coupe au Président de la République, artisan de ce succès grâce à son soutien moral apporté à l’équipe.

Il a terminé son adresse par lancer un appel aux opérateurs politiques du pays à respecter la population et à résoudre ses problèmes, à éviter l’auto satisfaction et le tribalisme qu’il a qualifiés d’ennemi du développement du pays. Une importante délégation des sénateurs, députés, ministres du gouvernement central et autres mandataires des entreprises d’Etat originaires du Katanga était venue de Kinshasa pour prendre part à cette réunion de famille.

Source:digitalcongo.net

TP Mazembe de nouveau roi d’Afrique face à l’Espérance de Tunis tétanisée.

tpm

Le Tout Puissant Mazembe de Lubumbashi a conservé le titre conquis la saison passée face aux Nigérians d’Hearland. Cette fois il a pris le meilleur en finale sur l’Espérance de Tunis. Vainqueur de la première manche 5-0, le club congolais est allé signer un nul 1-1 samedi en début de soirée au stade du 7 novembre à Radès, dans la banlieue de Tunis.
 
Le club de Lubumbashi en réussissant son deuxième doublé quarante et un ans après le premier (1967-1968) est devenu la troisième équipe en nombre de victoires (4) derrière les deux formations cairotes Al Ahly (6) et Zamalek (5).
Le très large score du match aller laissait peu d’espoir aux Sang et Or tunisiens qui avaient pourtant débuté la rencontre sur un tempo résolument offensif, multipliant les incursions dans la surface du gardien Robert Kidiaba qui a, une fois encore, démontré qu’il était un des meilleurs à son poste sur le continent. Les efforts des poulains de Faouzi Benzarti allaient être récompensés à la 24e minute lorsque le défenseur ghanéen Harrisson Afful héritait d’une passe en retrait à vingt mètres du but congolais et d’un tir croisé trompait le portier des « Corbeaux ». 1-0 en faveur des Espérantistes. Mais sur le chemin du retour vers le rond central l’arbitre sud-africain brandissait le carton rouge devant le Tunisien Ben Amor. L’arbitre, bien placé, avait aperçu un geste anti-sportif et n’eut pas une seconde d’hésitation. La sortie de Ben Amor amenuisait encore les chances du capitaine Darragi et de ses camarades réduits à dix. Mais Eneramo se battait et aurait pu à plusieurs reprises aggraver la marque, s’il n’avait fait preuve à la fois de précipitation, de maladresse et de manque de lucidité.
1-0, c’était le score à la mi-temps. Les joueurs de l’Espérance devaient encore en marquer un minimum de quatre sans en encaisser un seul.
Au retour des vestiaires, les Tunisois paraissaient y croire mais à l’heure de jeu la parie changea de visage, la défense de l’Espérance, visiblement fatiguée, laissait beaucoup d’espaces dans lesquels s’engouffraient les Congolais qui finirent par égaliser à la 67e minute par le petit attaquant Deo Kanda rentré peu auparavant. Les Congolais auront d’autres occasions dans la dernière demi-heure, mais le tableau d’affichage ne bougera plus.
Le Tout Puissant Mazembe est entré dans l’histoire. Il est le troisième club après Enyimba en 2004 et Al Ahly en 2006 à avoir conservé sa couronne de champion d’Afrique depuis la création de la Ligue des champions en 1997. Il avait été le seul à le faire au temps où il s’appelait TP Englebert et où l’épreuve la plus prestigieuse du calendrier pour les Clubs s’appelait Coupe des clubs champions.
Au passage, il a obtenu le chèque de 1,5 million de dollars dévolu au champion (1 million pour le finaliste) et son passeport pour le Championnat du monde des clubs de la FIFA qui se déroulera aux Emirats Arabes Unis en décembre.

Source:congoplanete.com

LDC:Le TP Mazembe prend la tête du grouve A

tpmazembecorbeauxcongolubumbashi.jpg

Victorieuse de ses deux premiers matches, l’Espérance de Tunis a chuté à Lubumbashi face au tenant du titre. Pourtant les Sang et Or avaient pris les devants grâce à leur attaquant nigérian Michael Eneramo (41e). Mais, trois minutes plus tard, les « Corbeaux – privés de Trésor Mputu, Guy Lusadisu et Joël Kimwaki – ont comblé leur handicap par Alain Kaluyitukadioko.

Il faudra attendre la toute fin de match pour voir Ngandu Kasangu (86e). Une victoire qui vient à point nommé pour les Congolais puisqu’elle leur permet de passer en tête du groupe devant les Espérantistes.

Dans le même temps, dimanche après-midi à Harare, les Dynamos ont remporté une courte victoire devant l’Entente de Sétif. Le seul but de la rencontre a été inscrit par le milieu de terrain Wonder Sithole après une demi-heure de jeu.

Ce succès replace l’équipe dirigée par Elvis Chiweshe dans une position d’attente pour une éventuelle qualification pour les demi-finales.

Source:congoplanete.com

Football: « Les Corbeaux » regagnent Kinshasa ce vendredi après un stage à Dakar

imgp2968.jpg

Après deux semaines de stage à Dakar au Sénégal, le TP Mazembe rentre à Kinshasa ce vendredi 7 mai. Le team noir et blanc de Lubumbashi reçoit le dimanche 9 mai au stade des Martyrs le Djoliba AC de Bamako dans le cadre des 8èmes de finale retour de la 14ème Ligue des champions. La formation malienne était annoncée à Kinshasa hier jeudi 6 mai.

Le TP Mazembe s’est retiré dans la capitale sénégalaise après le match aller disputé à Bamako.Pendant deux semaines, Diego Garzito et son staff technique ont peaufiné la préparation afin que le team noir et blanc confirme sa bonne prestation du match aller sur son terrain à Kinshasa.

Grâce à un penalty converti par Trésor Mputu Mabi, Mazembe a arraché une précieuse victoire à Bamako. Les Corbeaux se présente donc ainsi en position de favori avant le match de ce dimanche à Kinshasa.

Le stage de Dakar a été décidé afin de mettre l’équipe à l’abri des turbulences de Kinshasa. Mazembe avait besoin de préparer dans la concentration ce match retour contre Djoliba. L’entraîneur Diego Garzito n’a, d’ailleurs, amené qu’un groupe réduit des joueurs pour une meilleure concentration pendant la préparation. Les joueurs pour ce stage ont été renvoyés à Lubumbashi. Dans le groupe, on retrouve certains cadres qui auraient été sanctionnés pour indiscipline.

Sur le plan technique, le coach Garzito est toujours à la recherche d’un match référence pour son équipe. Malgré des succès récoltés dans différentes compétitions depuis le début de la saison, Mazembe semble peiner à retrouver le rythme qui lui a permis de remporter la 13ème édition de la Ligue des champions. Après avoir fait le gros du boulot à Bamako, les hommes du technicien français auront, surtout, à cœur de produire une prestation convaincante. Le public du stade des Martyrs leur est totalement acquis.

source:lepotentiel.com

12

Kashengeneke Mountain

Kashengeneke Mountain

CATÉGORIES

  • Album : PHOTOS GALLERIES
    <b>imageslubumbashiii.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 3 visiteurs en ligne

Auteur: JOEL KALUMBA

Joel Kalumba

LA RDC

LA RDC

Sondage

D'après vous, Qui est le Meilleur Candidat aux Présidentielles 2011?

  • VITAL KAMERHE (0%, 0 Votes)
  • JOSEPH KABILA (0%, 0 Votes)
  • OSCAR KASHALA (0%, 0 Votes)
  • ETIENNE TSHISEKEDI (0%, 0 Votes)
  • KENGO WA DONDO (100%, 0 Votes)

Nombre de votants: 0

Chargement ... Chargement ...

SOYEZ LE BIENVENU

Mwaiseni mwa Mpweto Kanyamabumba.Nga mulalanda ululimi lwa Cibemba, tulemyeba ukuti mututumine ifikope ifya lekana lekana mu cende yonse iya Babemba.Twamitotela pa kutwa fwilisha umulandu abakwesu baleishibikwa mwi sonde lyonse.

CALENDRIER

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

lifestyle |
Le Blogidien |
le charl'is |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien