• Accueil
  • > Recherche : site belle image

Résultats de la recherche pour ' site belle image '

KATANGA-POLITIQUE: Lors d’une interview exclusive, Moise Katumbi s’exprime!

05.jpg

Bonjour Monsieur le gouverneur. Les informations en notre possession ont fait état de votre expulsion lors d’une réunion tenue en marge de la commission mixte Afrique du Sud-RDC et du sabotage de votre micro lors de la célébration du 51ème  anniversaire de l’indépendance du pays à Lubumbashi par vos adversaires au sein de votre propre famille politique. De quoi s’agit-il exactement? Est-ce cela qui a été à l’origine de votre exil annoncé par notre journal ?

Merci beaucoup, dans tout le cas, la réunion avec le président Jacob Zuma, je n’étais pas expulsé comme les gens l’affirment. C’était le gouvernement central qui organisait cette réunion avec le Président de la République.

On avait laissé les experts et le gouvernement central continuer les travaux. Quant au 30 juin, c’est vrai qu’il y a eu un problème avec le micro. Il y a eu un retour du son. A ce niveau, je crois que les techniciens de la présidence doivent faire très attention et doivent bien faire leur travail. Parce que mon message était inaudible.

Heureusement, les enregistrements de-la version qui «est pas passée par le micro existent. Ce n’est pas qu’à moi cela est arrivé. Les gouverneurs Trésor Kapuku et André Kimbuta ont connu le même problème. Le ministre national des Infrastructures m’a dit qu’il a aussi une fois connu ce genre de désagrément. Il y a donc problème quelque part. Ces problèmes techniques doivent être réglés.

Et à propos de votre exil?

Non. Vous savez, autrefois, j’ai été en exil  de 1998 en 2003. Quand j’étais en exil, je n’étais pas rebelle. Mais c’était toujours à causé des mensonges de mes propres frères Katangais qui m’accusaient d’appuyer la rébellion. Ce sont des gens qui ne veulent pas que Moïse Katumbi fasse du bien. Ce ne sont pas les Congolais en général car j’ai des bons rapports avec tous mes frères Congolais. Mais j’ai plutôt des problèmes en particulier avec quelques politiciens katangais jaloux et sans envergure, qui ont échoué.

Ils ont fait la politique au Katanga où ils ont échoué. Pour couvrir leur opprobre et extérioriser leur haine, ils- cherchent à faire échouer Moïse. Ils ont oublié que chacun a son étoile. Je remercie le bon Dieu. Je suis chrétien, je prie chaque matin avant d’aller au travail. Que le bon Dieu me donne le courage comme il avait donné au Roi Salomon la sagesse de diriger son peuple. S’ils ont échoué, ce n’est pas de ma faute. Au contraire, ils doivent prier pour demander de revenir un jour aux affaires. Ces individus qui ont échoué n’ont même pas une hase. Je doute qu’ ils soient votés par leurs propres épouses.

Vous voulez dire que l’idée d’aller en exil ne vous a jamais traversé la tête, alors comment expliquer que les membres de votre famille et vos plus proches collaborateurs ont quitté le pays au même moment que vous allant dans tous les sens et sont rentrés au même moment dans la précipitation?

Non, tous les autres ne sont pas revenus. Si j’étais parti en exil, mes deux enfants ne seraient pas restés ici au Katanga. Vous savez, ma famille vit dans la discrétion. Les gens ne voient presque pas les membres de ma famille. Ces derniers ne sont pas de la race de ceux qui sillonnent les bureaux pour tracasser les autres, chercher de l’argent pour s’enrichir facilement. Personne n’a déjà vu mon épouse dans un bureau, ici ou ailleurs, en train de rançonner les autres. Je le dis et je répète, même quand je vais quitter la politique, je n’ai pas l’intention d’aller vivre en exil. Le Congo appartient à tous les Congolais. Il n’y a pas des super Congolais dans notre pays, nous tous sommes sur le même pied d’égalité.

Vous faites, semble-t-il, objet de nombreuses accusations notamment de fraude douanière ou à propos des ambitions que vous nourririez pour briguer la présidentielle en novembre 2011 contre Kabila… Pendant que vous continuez à confirmer votre retrait de la vie politique à l’issue de votre mandat actuel à la tête du Katanga. Comment vous-vous sentez dans votre peau ?

Je commence par la fraude douanière. Lorsque je suis arrivé à la tête de la province, le Katanga versait au trésor public USD 1,2 million chaque mois. Aujourd’hui, on st à au moins USD 25 millions pour la même durée. Où est-ce qu’il y a eu fraude? Au moment où je suis gouverneur ou lorsque je n’y étais pas encore? A supposer que c’est ma famille qui est à l’origine de la fraude, c’est quand même illogique que les douaniers que je coince chaque jour puissent se montrer complaisants vis-à-vis d’elle au détriment de la douane. Cette même douane perdait plus au moins USD 23 millions avant mon avènement. Il y a des lettres que nous avons écrites avec mon épouse et le DG Rugwiza de la douane a reçu ampliation. Je disais en substance que je ne veux pas du trafic d’influence. Parce qu’en Afrique il y a un problème: quand votre frère ou votre oncle est gouverneur, on croit que tout le monde dans la famille est gouverneur. Quand votre frère est, chef de l’Etat, vous croyez que vous devenez aussi chef de l’Etat. Non, l’appareil de l’Etat doit fonctionner. C’est pour cela que j’ai écrit à tous les services pour leur dire que je mettais en garde quiconque userait du trafic d’influence. C’est pourquoi les recettes ont augmenté au Katanga.

Et si vous poser la question au Directeur de la douane, aucun jour un membre de ma famille s’est livré au trafic d’influence. Un membre de ma famille qui va faire le trafic d’influence au niveau de la frontière, sa place est en prison. Le chef de l’Etat l’avait dit. Si les membres de ma famille m’aiment, ils ne doivent pas faire ce qui est contraire à ma philosophie. Aujourd’hui le président Moubarak est en train d’être jugé, je ne veux pas être jugé quand je serais parti du gouvernorat de la province. Qui pouvait imaginer que Moubarak serait jugé un jour? Et moi un simple gouverneur, j ‘assume aujourd’hui une fonction politique et le jour où je quitte cette fonction, je redeviens un simple citoyen. Tout est donc clair. Vous pouvez aller vous-même au niveau de la douane ou partout ailleurs, vous êtes libre de vérifier les recettes. Mais il y a aussi des jaloux qui ne dorment pas. J’ai connu combien de missions d’audit? On m’a accusé de ne pas payer le péage. C’est de bobards. La vérité est que j’ai trouvé le Katanga avec USD 20 millions comme contribution annuelle au trésor public. Aujourd’hui, la province contribue à hauteur de USD 600 millions par an. Peut-on constater que c’est nous qui fraudons avec nos réalisations de USD 600 millions comme contribution au trésor public ou les fraudeurs ne sont-ils pas ceux qui ne faisaient que USD 20 millions? La question reste posée. Je demanderais à la population elle-même de juger.

Et  par rapport à vos ambitions présidentielles contre Kabila, qu’en est-il au juste?

Vous savez, dans ma vie, j’ai toujours été un électron libre. Un homme libre. Si je voulais briguer le poste de président de la République, j’allais le déclarer librement. Personne ne m’en empêcherait parce que je suis Congolais comme tout le monde. Mais, je l’ai dit tout au début. Aujourd’hui nombreux dans ma famille politique sont malades, déboussolés. Certains vont bientôt piquer de crise cardiaque, car la liste des candidats présidents de la République sera dévoilée dans les tout prochains jours et ils n’y trouveront point le nom d’un candidat nommé Katumbi. Leur business qui consistait à dire au Président de la République que Katumbi est son adversaire tourne court. J’ai cependant une base et quelque chose à apporter au PPRD, à la famille politique. Les gens qui n’ont rien, passés maîtres dans  des accusations, travaillent à envenimer les relations au sein de notre camp politique.

Je les mets au défi de nous montrer leur base politique, sinon ils n’auront plus de place dans notre camp politique. Nous ne pouvons plus accepter les choses de ce genre, sinon l’intolérance va continuer. Les gens voulaient constituer des barrières entre le Président de la République et ses bons éléments. Il faudrait savoir qu’il y a beaucoup de jaloux quand vous réussissez. Même vous journaliste, quand, vous progressez avec votre journal, il y a des membres dans votre propre corporation ou dans votre famille biologique qui ne sont pas contents de vous. A combien plus forte raison dans le champ politique où il n’y a pas de morale? Certains, pour avoir un peu de moyens ou avoir des frais de mission pour sillonner le Katanga, recourent au mensonge accusant Moïse Katumbi de vouloir briguer la présidence de la République. Si j’étais candidat, j’allais le dire.

Vous quittez la politique définitivement en même temps vous voulez continuer à servir Kabila. N’est-ce pas contradictoire?

Je dis que j’allais faire la campagne du chef et j’allais le soutenir. Je l’avais promis dès le début. Je voudrais que tous ceux qui m’accusent auprès du chef viennent battre campagne ici au Katanga, qu’ils viennent prouver qu’ils ont une base ici au Katanga. La vérité est têtue, c’est question de temps.

Le bat chauve va donc prendre fin. Quel est l’état actuel de vos relations avec le chef de l’Etat ?

Nous avons de très bonnes relations avec lé chef de l’Etat, les gens croient que Moïse Katumbi et le président Joseph Kabila vivent comme chien et chat. Il y a cependant beaucoup d’intoxication. Je parle de temps en temps avec le chef de l’Etat. Ce que les gens ignorent, le chef de l’Etat connaît toutes ses brebis. Il y a des brebis qui sont spécialistes en mensonges. Quand une de ces brebis rentre dans le bureau du Chef, en le voyant venir, celui-ci se pose certainement la question «que va-t-il encore inventer, celui-là?» On n’y peut rien. C’est un chef,’ il” doit écouter tout le monde: et les malades mentaux et les voleurs et les assassins -rires-, il doit écouter tout le monde.

Etes-vous disposé à accepter le poste de directeur national de campagne du chef de l’Etat?

Je ne peux pas le confirmer parce que, jusqu’aujourd’hui, je n’ai jamais été contacté pour assumer une telle fonction. Par ailleurs, il y a la discipline du parti qu’il faut respecter. Je suis membre du PPRD. Et depuis un certain temps tous les gouverneurs du PPRD sont des présidents de l’interfédéral du parti dans les provinces qu’ils dirigent. Moi y compris. J’avais promis que j’allais faire la campagne du chef de l’Etat, mais nous attendons. Vous savez, ceux qui racontait que j’étais candidat président de la République, s’ils étaient à la place d’Einstein, ils le seraient bien dans le mensonge. Ils sont maintenant dans leur propre laboratoire, dans leurs bunkers en train de mitonner un nouveau mensonge, pour alimenter l’après-élection contre moi. Pour eux, maintenant que Moïse Katumbi n’est pas candidat. il faut imaginer un nouveau poison pour le détruire. C’est tout ce qu’ils savent faire. Ils peuvent même avoir des doctorats en mensonge. J’attends la campagne pour citer les noms de ces voyous.

La construction de la Cité de la Luano aurait été bloquée par ces mêmes voyous comme vous les traitez parce que certaines sources font également état de la destruction imminente de la plage aménagée à côté de l’Hôtel Karavia? De quoi s’agit-il au juste?

Ce sont les ‘ennemis du progrès. Le projet Grand Luano devait commencer il y a bien longtemps. Nous avons même eu une garantie bancaire de  2 milliards $ USD. Deux milliards, ça allait changer beaucoup de choses dans la ville de Lubumbashi. Il y avait des grandes banques derrière quand le cuivre a connu le boom sur le marché international. Ces gens-là, ces ennemis du progrès, ils existent. Ecoutez, si vous n’avez rien fait dans voire y je à part la carrière politique, vous ne ferez plus rien et vous ne pouvez plus réfléchir au-delà de ce monde. On n’est occupé qu’à protéger le fauteuil au détriment de l’intérêt général. Ce projet a été suspendu plusieurs fois, la plage également. S’ils veulent raser qu’ils viennent raser. Mais, ils vont s’expliquer auprès de la population congolaise, ce n’est pas seulement la population katangaise. Vous venez de Kinshasa, je crois que vous avez déjà été à la plage, c’est un progrès. Avant de la construire, j’ai obtenu l’aval du chef de l’Etat. Pour commencer, c’est d’abord le terrain de l’Etat, en tant que gouverneur j’avais droit de lotir et le lac là n’existait plus, il n’y avait plus rien. Il y a des gens de cet acabit qui n’ont pour progrès que de s’acheter des chaussures en crocodile et d’aller voir les copines du 1er au 30, c’est ça leur progrès. Pour, moi, le progrès, c’est que le pays aille de l’avant. De toutes les façons, la plage est là, il y a tous les documents, tout a été fait en bonne et due forme. C’est le progrès de la ville de Lubumbashi. Il nous, aide aujourd’hui à beaucoup d’égards. Il y a eu même des missions des agents de la Justice envoyés en coulisse à partir de Kinshasa. Ces derniers se sont demandé ce qu’ils venaient faire. Leur préoccupation était de savoir pourquoi et sur quoi on les envoie enquêter pendant qu’on est cri train de construire. Pourquoi on n’envoie pas enquêter sur les terrains où les projets n’ont jamais commencé’?

Etienne Tshisekedi, leader du parti politique UDPS et concurrent de Kabila à l’élection présidentielle, a récolté, un franc succès sur le sol katangais, vous y êtes pour, quelque chose, vous vous, êtes impliqué personnellement pour qu’il n’y ait pas des troubles. Ne craignez-vous pas une diabolisation de la part de mêmes adversaires au sein de votre famille politique qui risquent de vous accuser d’avoir fait la part belle à un adversaire du candidat que vous soutenez ?

Non vous savez, je suis gouverneur de tout le monde. Je n’ai fait que mon devoir. Je le ferais pour tous les politiciens de la MP ou de l’Opposition en visite officielle au Katanga. Le président Tshisekedi est le président de l’UDPS, il est de l’Opposition. Pour que le pays tourne et notre démocratie se crédibilise, il faut qu’il y ait aussi une opposition, il faudrait accepter l’opposition Si vous n’acceptez pas l’opposition, vous n’acceptez pas non plus la bonne gouvernance. J’ai demandé au peuple congolais, aux Katangais, à tous les Congolais qui sont au Katanga, même vous qui êtes venu de Kinshasa, une fois que vous foulez vos pieds au Katanga, vous êtes automatiquement Katangais. J’avais demandé à tout le monde à éviter les incidents. Je n’ai fait que mon devoir. J’ai le devoir de protéger tous les politiciens qui viendront. C’est vrai, certains dans ma famille politique m’accusent déjà, que j’ai fait un pacte avec Etienne Tshisekedi. Si cela est vrai, qu’ils aillent aussi faire le pacte avec le diable. Quoi qu’ils disent, je reçois paradoxalement même des gens qui m’attaquent personnellement, qui m’injurient chaque jour. C’est le rôle d’un gouverneur que d’assurer la sécurité de ceux qui séjournent dans sa province. Pour votre information, le chef de l’Etat m’avait aussi appelé personnellement pour m’instruire à ce sujet parce qu’il ne voulait pas entendre parler des incidents, parce qu’il tient aux élections libres et démocratiques. Ça a dérouté les spécialistes en commérages qui ne partagent pas la même philosophie que mon chef. Pour ma part, je considère que tous les opposants qui viennent au Katanga sont chez eux. Ils sont congolais. Figurez-vous que Tshisekedi arrive au Katanga et est accueilli par les pierres, la conséquence serait que les autres politiciens du Katanga et de Kinshasa ou d’une autre province qui, iraient dans les deux Kasaï ramassent eux aussi les pierres. Ça sera vice-versa. C’est quel Etal on aura, un Etat des pierres? Je crois que ce que nous donnons ici est une vraie leçon de tolérance, leçon de démocratie. Nous disons : la politique on la fait, mais nous Congolais, nous devons d’abord protéger l’intérêt du pays et celui de son peuple. Tel est de l’opposition, je suis de la Majorité présidentielle, je le respecte et il doit aussi me respecter. Je dis à tous mes frères Congolais que la haine n’a pas sa place dans la politique. Si les membres de la MP ou du PPRD vont dans les deux Kasaï, qu’on les laisse tranquille, qu’ils prouvent leur popularité et le pays va progresser. Envoyer les gens lapider les autres, les adversaires, c’est du banditisme. Si nous voulons vraiment le progrès de notre peuple, travaillons la main dans la main. Elire un chef de l’Etat, c’est une journée et la proclamation se déroule pendant quelques secondes. Le nom du nouveau chef de l’Etat sera cité et, après, la vie va continuer. On peut gagner les élections comme on peut aussi les perdre. Moi, je suis là pour sécuriser tout le monde.

Vous filez donc un parfait amour avec le chef de l’Etat, vous venez de le dire et vous ajoutez que vous voulez abandonner la politique. L’opinion se souviendra qu’en 2006 vous avez, battu le record des suffrages, plus de 100.000 voix aux législatives et vous avez permis à de nombreux postulants sur la liste du PPRD de se faire élire grâce à la redistribution de vos voix. Ne craignez-vous pas que ces voix puissent se volatiliser au profit de l’opposition qui risque d’enregistrer une majorité au Parlement au détriment du même Kabila que vous prétendez soutenir ?

Non ce n’est pas ça. Je suis conscient que nous avons fait beaucoup de choses au Katanga, beaucoup de choses un peu partout sur l’étendue de la province. Nous l’avons fait en tant que gouvernement et en plus le gouvernement n’est pas seulement la Majorité présidentielle. Le gouvernement, c’est aussi l’Opposition. Sans l’opposition, le pouvoir ne peut pas travailler correctement. Car parfois nous nous disions que si on ne fait pas mieux, l’opposition va nous critiquer. Ce qui est une bonne chose pour le pays. Depuis trois ans, j’ai annoncé que je n’allais plus me représenter. La première année de mon mandat en tant que gouverneur, j’étais interviewé par la journaliste Chantal Kanyimbo de la RTNC, c’était ici dans ma maison et même AfricaNews m’a aussi interviewé en 2008. Mais pourquoi quand l’époque, les gens n’ont pas spéculé comme ils le font actuellement? D’aucuns m’ont traité de tous les noms d’oiseaux, ils m’ont humilié. C’est leur façon de voir les choses. La seule réponse est que je me retire. Je leur laisse la place.

La rétrocession de 40% a soulevé une vive controverse tout au long de ce mandat. Peut-on dire aujourd’hui qu’un compromis a finalement été trouvé, lequel ?

Il n’y a pas eu de compromis avec le gouvernement central. II n’y a pas eu de 40% parce qu’il y avait l’échéance du Point d’achèvement -NDLR : de l’Initiative pays pauvres très endettés. On espérait qu’après avoir rempli cette condition, les 40% allaient être rétrocédés. Cela n’a pas été possible, le gouvernement ayant trop de problèmes à régler. Je demande plutôt au gouvernement de revoir la rétrocession parce que le peu que nous recevons ne nous sert que comme frais de fonctionnement. Il est impossible de développer la province avec les frais de fonctionnement. Que le gouvernement central fasse des efforts. Parfois on condamne les gouverneurs d’autres provinces de n’avoir pas réalisé telle ou telle performance, mais il faut aussi voir ce que Kinshasa rétrocède aux provinces.C’est insignifiant.

Votre volonté d’abandonner la politique est irréversible à cause notamment du traitement injuste que vous infligent vos partenaires politiques. Avant vous, il y a eu plusieurs gouverneurs qui ont du mal à réaliser les performances que vous avez accomplies jusque-là. Quelle chance vous donnez à celui qui va vous remplacer?

Qui m’avait donné la chance quand je commençais? Personne. Je ne peux pas juger les autres qui vont venir, ils seront jugés par la population. Au contraire, je serais content de partir sans laisser une dette au gouvernorat. J’ai acheté beaucoup de choses, des machines… Je me bats pour tout apurer sans laisser une dette derrière moi. Et si le prochain gouverneur veut demander quelques conseils, je peux et je vais lui en prodiguer. Mais, s’il veut jouer au savant, il l’apprendra à ses dépens. Quant à moi, je ne peux qu’accepter celui qui me succédera comme gouverneur. Je ne serai même pas député, je serai un homme libre comme vous, je vais faire mes affaires à côté. Donc, je serai un citoyen libre. Il faut que les gens sachent que l’on ne peut pas rester éternellement en politique. On doit savoir quitter. Mandela est parti.

Aujourd’hui, il est la fierté en Afrique et dans le monde entier. Ce sont des leçons qu’on nous donne. Savez- vous que même la Bible et le Coran nous prescrivent des instructions. Ce sont les instructions de Dieu. Qui doit les appliquer? C’est nous. Aussi longtemps que nous sommes sur cette terre des hommes, nous devons appliquer ces instructions pour faire du bien à nos frères.

Pour terminer, ma dernière préoccupation concerne les élections à venir. Surtout l’élection présidentielle. Vous savez, dans la vie, surtout la vie politique, il y a toujours un gagnant et un perdant. Même au foot, il y a toujours un gagnant et Un perdant. Ça arrive aussi dans un mariage. Tout ça, ce sont les instructions du Seigneur.

Il faudrait qu’on sache se comprendre et se comporter. C’est important. Nous devons cultiver l’amour du prochain. Sans cela, nous risquons de connaître un grand déluge après les élections. Les gens doivent accepter les résultats. Malheureusement en Afrique la majorité des candidats qui perdent les élections ne veulent jamais accepter cette réalité. On nous -NDLR : TP Mazembe- a disqualifié à la Champion’s League, nous n’avons pas perdu sur le terrain, est-ce qu’on nous a vu commencer la guerre? Chaque chose a son temps et il y a une raison pour chaque chose. Je crois que ce que nous devons faire, c’est aimer notre pays et non s’aimer soi- même. Parce que notre pays regorge du miel. Mais, au lieu de travailler certains d’entre nous préfèrent verser dans le gaspillage. Et quand vous brûlez le miel, il est difficile d’en tirer profit. Au Congo, il y a du miel pour tout le monde, c’est à nous de travailler pour protéger ce que le Seigneur nous a donné. Survolez les autres pays africains, vous ne rencontrerez pas de forêt, pas d’eau…, mais nous avons tout ça. Dieu nous a tout donné. Si nous n’aimons pas notre pays, nous n’aimons pas ce que le Seigneur nous, a donné.

Source:direct.cd

Fin de la fronde au sein de l’ AMP:Kamitatu,Mbusa,Endundo et Bahati dans l’impasse

josephkabila.jpg

La ferme de Kingakati est en passe d’entrer dans l’histoire. Elle marquera certainement un nouveau départ pour l’Alliance de la majorité présidentielle, AMP. Samedi a été l’avant-dernière étape de gestion de la fronde au sein de l’AMP dans la mesure où hier dimanche expirait l’ultimatum lancé aux « frondeurs » qui ont décidé d’exprimer leurs ambitions. Joseph Kabila, en sa qualité d’autorité morale de l’AMP, a pris ses responsabilités pour battre le rappel des troupes et ramener la sérénité au sein de la plate-forme. Cela non sans avoir exprimé d’abord toute sa déception, sa frustration devant l’acte posé, et d’un ton ferme, il a décidé d’agir et d’y réserver une réaction adéquate. Finalement, il a réussi à restaurer l’entente. Les frondeurs ont renoncé à leur projet. Tout est rentré dans l’ordre, sous le signe de ni vainqueurs ni vaincus, sans triomphalisme.

Quatre jours durant, le président de la République a abattu un travail de titan. Et le samedi 29 mai, le président de la République, Joseph Kabila Kabange, s’est longuement entretenu avec quelques personnalités de la coalition AMP. Il s’agit particulièrement des personnalités du PPRD, des Forces du renouveau, de l’UDEMO, du PALU, des ministres, députés et sénateurs tous issus de la coalition. Bien entendu, les différents «chefs » n’y étaient pas. Tout simplement parce que la veille, le chef de l’Etat les avait reçus, y compris les initiateurs du courant des « libéraux et patriotes ». L’objectif de la rencontre de samedi à la ferme de Kingakati, ferme privée du président de la République, consistait à faire la restitution des rencontres des 26, 27 et 28 mai initiées par le chef de l’Etat autour des rumeurs, de ces choses qui se disent sur l’AMP qui serait au bord de l’implosion et de l’accord du chef de l’Etat à certaines initiatives.

Bien plus, le président de la République s’est attardé sur les menaces des « frondeurs », à la base de la création du « Centre libéral et patriotique », CLP, qui a pour vocation d’être une « majorité » dans la Majorité, sans le PPRD et le PALU. Et dans leurs menaces, « les frondeurs » exigeaient la recomposition de la coalition avec le départ du Premier ministre. Ou encore la redistribution «équitable » des cartes alors que jusqu’ici l’on fait la part belle au PALU.

Mais là où les « frondeurs » ont franchi le Rubicon, c’est lorsqu’ils ont promis, en cas de non satisfaction de leurs revendications, que la RDC serait Madagascar 2. Donc, au bout de compte, il y aurait un soulèvement populaire qui se terminerait par un « Coup d’Etat ». Pour renverser qui et avec l’appui de quels militaires ? Qui est libéral patriote et qui ne l’est pas ?

Le président de la République avait tenu à avoir une réponse claire et précise sur ces dernières interrogations. Malheureusement, les réponses qui lui ont été fournies jusque-là, ne l’ont pas convaincu, a-t-il dit à l’assistance. Ambitions et mensonges

En résumé, le président de la République a déclaré qu’il était à la fois « déçu et frustré ». Déçu dans la mesure où il s’agit là des ambitions doublées de mensonges. Mais pour quel profit ? « Leur initiative est malheureuse », a même souligné le chef de l’Etat qui ne comprend par que ce « complot » soit mis en œuvre à la veille des festivités des 50 ans de l’anniversaire de la RDC qui s’apprête à accéder au point d’achèvement de l’Initiative PPTE.

A interpréter ces propos, c’est comme pour dire qu’il y a une main invisible derrière cette démarche. Constat qui rejoint celui d’autres observateurs selon lequel les « frondeurs » sont des personnalités aux grandes ambitions qui sont tombées facilement dans le premier piège qui leur a été tendu.

Le président de la République a saisi cette opportunité pour faire remarquer qu’il demeure un homme d’Etat, un homme de vérité, respectueux de sa parole et de ses engagements. En signant les accords avec le PALU et l’UDEMO, il sait à quoi s’en tenir. S’il s’agirait de procéder à un changement, il le ferait si nécessité oblige. Mais jamais sous la pression. Aussi, a-t-il reconnu que le gouvernement en place a accompli des actes positifs depuis l’organisation des élections, notamment la fin de l’isolement à telle enseigne que la RDC est redevenue fréquentable, l’amélioration progressive des conditions sécuritaires, l’atteinte au point d’achèvement de l’IPPTE bientôt après le rétablissement du cadre macro-économique, et enfin le retrait progressif de la MONUC. Dans un premier temps, elle change de statut pour le mandat de stabilisation en devenant la MONUSCO. Le débat autour de ce retrait, alors qu’il n’a pas eu lieu en RCA par exemple, devra inciter les Congolais à plus de vigilance.

Le président de la République a saisi cette occasion pour faire un survol de l’état des lieux de la nation. Il s’est attardé sur la délocalisation des FDLR au Katanga et assurer tout le monde de la volonté ferme des dirigeants de résoudre la question de la paix. Il a annoncé le début des travaux, dans le bref délai, de la construction du port en eaux profondes au Bas-Congo, principalement à Banana. Mais le «réveil » inconscient des adeptes de Bundu dia Kongo ne ferait que retarder la concrétisation de ce grand projet. Il a évoqué le retour au calme au Sankuru et qu’à aucun moment on ne tolèrera un «racisme local » ; l’évolution positive de la situation à l’Equateur pendant que Udjani est en prison à Brazzaville, mais son père est vivement recherché. La situation au Nord et au Sud-Kivu a aussi des causes endogènes avec l’implication des originaires qui s’illustrent par des mémos pour des raisons inavouées. Quant aux relations avec l’Angola avec qui la RDC partage plus de 2.500 km de frontières communes, l’option a été levée que le différend du pétrole soit résolu par la voie de négociation.

A propos de la fronde au sein l’AMP, un délai expirant le 31 mai a été accordé aux auteurs de cet acte pour qu’ils se prononcent définitivement. Passé ce délai, une décision définitive sera prise. En attendant, le président de la République a été clair : 1.- Pas de courant au sein de l’AMP 2.- S’il s’agit d’une rébellion, « il faut la mâter » 3.- La porte reste ouverte pour revenir au dialogue et aux meilleurs sentiments.

« Nous avons gagné les élections ensemble, nous cheminons ensemble et nous devons gagner les prochaines élections ensemble », a dit le président de la République. Au nom de tous les délégués, professeur Evariste Boshab, président de l’Assemblée nationale, a remercié le président de la République de cette marque de confiance de manière à prendre l’engagement de gagner ensemble les prochaines élections Quant aux délégués des députés et sénateurs, ils ont abondé dans le même sens, et se sont réjouis de voir le chef de l’Etat prendre de la hauteur et s’emploie à tout mettre en oeuvre pour précéder tous les événements. Les « 4 » lâchent du lest

Alors que le délai expirait hier dimanche, les auteurs du « Centre libéral et patriotique », dans une lettre datée du 29 mai adressée au président de la République, ont renoncé à leur initiative. Ils ont saisi cette opportunité pour souligner qu’il n’a jamais été question dans leur intention de proférer une quelconque menace, surtout pas au président de la République, moins encore aux institutions nationales. De même, il n’a jamais été question d’un chantage de leur part.

Pour prouver qu’ils demeurent au sein de l’AMP, ils n’ont jamais renoncé au pacte qu’ils ont signé.

Cette décision de courage politique est à l’honneur du président de la République qui vient de réussir le rappel des troupes à un moment crucial de la vie de l’AMP et de notre pays. Tel que le dit bien à chaud cet analyste averti de la politique congolaise, « il n’y a ni vainqueur ni vaincu, par conséquent ni triomphalisme. C’est l’AMP et la République qui ont gagné en cohésion, en unité en vue d’affronter l’avenir et relever les défis du développement ».

Pour demeurer dans ce contexte, les « faucons » de l’AMP doivent se dépouiller de l’habit du vieil homme, quitter les sentiers battus du paranoïaque et s’inscrire dans la dynamique de la cohésion. Car la lutte des clans dans le pré-carré du chef de l’Etat entraîne toujours des effets négatifs dans le pays. UDPS, UDI : des cas historiques

L’on peut se permettre de relever que Kingakati a permis à l’AMP de resserrer les rangs et éviter l’implosion ou l’éclatement. Ce feuilleton offre des opportunités de tirer des leçons. Des observateurs relèvent que si la manière utilisée n’a pas été correcte et frise bel et bien la trahison, les observations relevées par les frondeurs sont pertinentes. Il est donc conseillé de creuser ces points.

C’est dire que dans cette réflexion à laquelle le président de la République invite tout un chacun de l’AMP pour qu’après avoir gagné ensemble les élections, que l’on chemine encore ensemble, pour gagner ensemble les prochaines élections, le président Kabila n’a pas besoin des « griots ». Et que la fin de cette fronde au sein de l’AMP n’a connu ni vainqueurs ni vaincus et sans triomphalisme. A bon entendeur, salut!

Source:lepotentiel.com

RDC-Football: Le Tout Puissant Mazembe qualifié pour la finale de la 13e LDC après quatre-vingt dix minutes de souffrance

tpmazembe.bmp

Le Tout Puissant Mazembe a arraché sa qualification pour la finale de la 13e Ligue des champions au terme de quatre vingt dix minutes de souffrance. Les Congolais ont quitté la pelouse en poussant un énorme ouf de soulagement. Ils n’avaient pas été très loin de l’humiliation, devant leur public. Larges vainqueurs du match aller par 5 buts à 2 à Omdurman, rien ne semblait pouvoir remettre en question leur place en finale. Et bien ce fut tout le contraire et l’équipe de Lubumbashi fut méconnaissable chez elle où elle n’avait jamais été vaincue cette saison. Il aura donc fallu attendre cette demi-finale retour pour qu’elle connaisse son premier revers, subissant la loi de la formation soudanaise et elle s’en tire à bon compte car El Hilal a constamment mis la pression sur une défense de Mazembe souvent prise à la gorge. Avec un peu plus de réussite, moins de précipitation et davantage de concentration au moment du geste final, les Soudanais auraient bien pu renverser totalement le score et aller cueillir leur qualification loin de leur base.

Le premier but de la rencontre est intervenu peu avant la demi-heure de jeu sur une reprise presque à bout portant du milieu offensif zimbabwéen Edward Sadomba dans une défense congolaise apathique. Robert Kidiaba n’était pas au bout de ses peines, puisque cinq minutes plus tard, le gardien de Mazembe s’inclinait pour la seconde fois devant le même homme qui avait profité d’un mauvais renvoi de Kidiaba sur une première tentative de Muhammad El Tahir pour ajouter son deuxième but personnel. Edward Sadomba, l’homme aux deux buts, est arrivé au Soudan à la veille du coup d’envoi de la phase de poules en provenance du club sud-africain Wits University moyennant un transfert de 350.000 euros.
Les efforts des Soudanais, totalement maîtres de la situation, n’allaient toutefois pas trouver leur récompense. Il leur fallait deux autres buts pour se qualifier. Ils ne vinrent jamais. Les Congolais eurent une ou deux actions favorables en deuxième mi-temps et les Soudanais un peu plus. Et lorsque l’arbitre sud-africain Daniel Bennet, au terme des quatre minutes de temps additionnel siffla la fin de la partie, les « Corbeaux » congolais n’avaient qu’une hâte : pousser un énorme ouf de soulagement. L’essentiel avait été accompli, mais que ce fut difficile.

Le Tout Puissant Mazembe est donc en finale. Il rencontrera pour la couronne suprême Heartland FC avec première manche au Nigeria le 30 octobre ou le 1er novembre et match retour deux semaines plus tard à Lubumbabshi. Des confrontations qui rappelleront aux Congolais les quatre finales consécutives de 1967, 1968, 1969 et 1970 en Coupe des clubs champions, et à Hearland celle de 1988 lorsque le club se taillait une belle notoriété sous le nom d’Iwuanyanwu Nationale d’Owerri.

Source:fr.cafonline.com

L’honorable Moise Katumbi construit un palais royal à Kashobwe.

palaisroyal230909.jpg 

Le Mwami Kashobwe, le roi du village portant le même nom vient d’être doté d’un palais royal digne de son rang. Ce cadeau vient de lui être offert par un des princes du royaume, le très généreux Mwana Ngwa, Moïse Katumbi qui a puisé jusqu’au fond de sa poche pour sa construction. Ce dernier, qui est également prince, a visité le palais royal le samedi 16 septembre 2009. A cette  occasion, il s’est vu, comme le veut la tradition,  habiller en tenue réservée pour son rang de prince.

Ce palais place ce roi parmi les rares autorités coutumières congolaises à passer le reste de ses jours dans l’une des ces belles villas qui, sans doute, ne manquera pas de susciter l’envie de plus d’une personne. Ce cadeau vient de lui être offert par un des princes du royaume, le très généreux Mwana Ngwa, Moïse Katumbi qui a puisé jusqu’au fond de sa poche pour la construction de cet ouvrage, qui est un véritable chef-d’œuvre.On se rappelle qu’il y a quelques mois, la reine de Kashobwe se tenait devant le chantier de cette maison. Complètement finie et même habitée, cette maison est l’une des plus modernes de la province : carreau, climatisation,  décoration, etc., sont au rendez vous. En tout cas, une fois dedans, on n’a rien à envier aux maisons des grandes villes du pays.

Le gouverneur du Katanga a apaisé la curiosité de la presse qui voulait savoir un peu plus sur la source de fonds qui ont servi à la construction de cette villa.  Moïse Katumbi a indiqué que l’argent est sorti de sa poche. Il a également soutenu que c’est tout le village qui est en train d’être modernisé. A ce sujet, le gouverneur a dit avoir demandé aux habitants de produire des briques cuites et lui  rajouterait les tôles. « Ils payent 30 %, et moi, je leur rajoute le reste », a fait savoir le numéro un du Katanga.

Par ce geste, le gouverneur de province dit avoir exprimé son respect pour le chef, car a-t-il soutenu, « nous devons respecter nos chef. Nous avons beaucoup perdu de notre culture en les plaçant dans les oubliettes ».Il faut signaler que le Mwami était parti en Afrique du Sud pour des soins médicaux (comme on peut le soupçonner) sur financement signé Moïse Katumbi ! Et, c’est à son retour qu’il a trouvé sa maison déjà terminée.

Pendant sa visite au palais royal, le gouverneur habillé en prince a été obligé de placer un mot sur ses origines royales. Interrogé par la presse qui voulait en savoir un peu plus, Moïse Katumbi soutient : «Je suis prince, pas seulement ici à Kashobwe mais partout. Les gens ne connaissent pas l’histoire… Notre roi, c’est le Mwami Munongo. Je suis un des petits-fils du roi M’Siri. Au fait, ma grand-mère c’est la petite-fille aînée du roi M’Siri Kalasamukandabantu, elle s’appelait Mwenda. Donc, je suis de cette famille, à Bunkeya, c’est chez nous, tout comme ici. Pour la petite histoire, mes grands-parents sont venus à Kashobwe pour chasser les Zambiens qui avaient pris le village. Et, comme à cette époque, le payement du service rendu se faisait en nature, comme mon arrière-grand-père, le roi M’Siri était stratège, il a préféré avoir un endroit meilleur pour lui où il pouvait rester », a conclu Moïse Katumbi.

Source:nyota.net

A propos du site

maternitedechamfubu.jpgjoela.jpgcongo1.jpgpwetocentreville1.jpgpwetoport.jpgluapulakasenga.jpg

Un site crée par Joël Kalumba Nundo, congolais et Katangais d’origine. Joël Kalumba est né à Pweto, ville du haut- Katanga située à plus de 450 kilomètres de Lubumbashi. Il a fait ses études primaires et secondaires à Pweto dans une belle école Protestante de Chamfubu , construite par les Missionnaires Ecossais. Ensuite, il a poursuivi ses études à Lubumbashi, à l’Université de Lubumbashi à la faculté de Psychologie et des sciences de l’éducation. Joël kalumba est détenteur du diplôme de licence en psychologie du travail; il est aussi chercheur indépendant.

La cité de Pweto est en pleine transformation et subie une grande mutation grâce aux fils du terroir et à la volonté manifeste des habitants de la cité. Pweto est maintenant électrifié et d’ici peu l’eau courante sera permanente. Une nouvelle  cité moderne a été construite grâce à la volonté d’un digne fils du pays  et sur financement du gouvernement central, un aéroport moderne est en construction par une firme Sud-africaine à Muteta, village situé à plus de 10 kilomètres du centre ville. « Karibu » pour une découverte de la contrée et ses merveilles naturelles; le lac Moëro, la rivière Luvua, les chutes et rapides de la Luvua, la plage au bord du lac Moëro, Kashengeneke mountain…

C’est suite au déficit informationnel que je me suis vu de créer ce site en vue de permettre à tout le monde de se retrouver et de palier à ce déficit; car au Katanga nous avons moins des sites des informations générales. Ce site est le vôtre, écrivez-nous à l’adresse suivante pour toute information utile du Katanga et de la RD Congo( Infos société, humanitaire; sport, Infrastructures, politiques à des sources très vérifiables); Adresse e-mail « kanyamabumba83@gmail.com« 


Kashengeneke Mountain

Kashengeneke Mountain

CATÉGORIES

  • Album : PHOTOS GALLERIES
    <b>imageslubumbashiii.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur: JOEL KALUMBA

Joel Kalumba

LA RDC

LA RDC

Sondage

D'après vous, Qui est le Meilleur Candidat aux Présidentielles 2011?

  • VITAL KAMERHE (0%, 0 Votes)
  • JOSEPH KABILA (0%, 0 Votes)
  • OSCAR KASHALA (0%, 0 Votes)
  • ETIENNE TSHISEKEDI (0%, 0 Votes)
  • KENGO WA DONDO (100%, 0 Votes)

Nombre de votants: 0

Chargement ... Chargement ...

SOYEZ LE BIENVENU

Mwaiseni mwa Mpweto Kanyamabumba.Nga mulalanda ululimi lwa Cibemba, tulemyeba ukuti mututumine ifikope ifya lekana lekana mu cende yonse iya Babemba.Twamitotela pa kutwa fwilisha umulandu abakwesu baleishibikwa mwi sonde lyonse.

CALENDRIER

juillet 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

lifestyle |
Le Blogidien |
le charl'is |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien