Archives pour la catégorie VIE ET BIOGRAPHIE



L’Abbé Apollinaire Malu Malu Muholongu :  » Je ne serai pas membre de la Ceni  »

apollinnairemalumalu.jpg

C’est clair. L’abbé Apollinaire Malu Malu ne sera plus membre de la future Commission électorale nationale indépendante, Ceni. Pour le prêtre catholique, le mandat que sa hiérarchie lui a confié pour faire ce travail avait ses limites. Il est temps, a-t-il souligné lors d’une visite à Kisangani, d’aller répondre à ses exigences pastorales. Toutefois, le prêtre précise qu’il détient encore le pouvoir juridique de préparer les prochaines élections locales en RDC.
Le président national de la Commission Electorale Indépendante, CEI, explicite sa pensée : «Comme le savez,la CEI va bientôt terminer son travail. Elle aurait pu terminer avant, mais c’est le parlement qui n’a pas pu voter la loi sur la Ceni à temps. Donc, la CEI cédera la place à la Ceni.»

Cependant, l’abbé Malu Malu apporte une précision de taille : « Mais conformément à l’arrêt de la Cour suprême de justice, la CEI a encore les pleins pouvoirs pour préparer les élections urbaines, municipales et locales et déjà pour organiser actuellement le fichier électoral. En attendant la Ceni, nous sommes au travail et nous travaillons jour et nuit, d’une manière optimale ».

Le président de la CEI n’entend pas briguer un poste à la future Ceni, tant il pense reprendre ses activités pastorales : «J’avais déjà annoncé que je ne serai pas membre de la Ceni parce que je suis prêtre. Je réponds à une hiérarchie et je sais que mon évêque m’avait autorisé à travailler dans la CEI pendant la transition. Donc, à la fin de la CEI, je serai à la disposition de mon évêque.». Source : radiookapi.net


 

Portrait de Apollinnaire MALU MALU

L’Abbé Apollinaire Malu Malu Muholongu, né en 1962 à Muhangi (territoire de Lubero), est un ecclésiastique et un homme d’état de la République démocratique du Congo. Il est l’actuel président de la Commission électorale indépendante.
Originaire du Nord-Kivu, il appartient à l’ethnie Nande. Il obtiendra un doctorat en Sciences politique à l’Université de Grenoble-II (Université Pierre Mendès-France) en 1988, ainsi que plus tard une maîtrise en Sciences des droits de l’homme, et un diplôme d’études approfondies en Sciences politiques, en philosophie et en théologie à Lyon.
Entre 1993 et 1996, il est curé de la paroisse de Monestier-de-Clermont, dans le diocèse de Grenoble. En 1997, il revient en RDC, où il occupera la fonction de vice-recteur puis de recteur à l’Université du Graben à Butembo. Il y est également président du Consortium agriculture urbaine de la Ville.
En 2003, il est nommé Expert au Service présidentiel d’études stratégiques attaché au Cabinet du Président de la République Joseph Kabila. En 2004, il est nommé à la tête de la Commission électorale indépendante, chargé de superviser l’enrôlement des électeurs et de l’organisation des différentes élections devant se tenir en RDC en 2005 et 2006. Fin 2007, il est notamment en charge des travaux préparatoires de la Conférence de Goma en vue d’une issue à la guerre du Kivu.
Le 20 mars 2008, il reçoit un Honoris Causa de l’Université de Liège pour avoir réussi à organiser des élections démocratiques et transparentes dans la République Démocratique du Congo, qui était alors un pays très instable politiquement parlant.

Musique : Intreview exclusive de Barbara Kanam à l’occasion de la sortie de «Karibu» !.

barbara.gif

Elle est belle et jeune mais surtout, talentueuse. Barbara Kanam, interprète du titre à succès «Bibi Madeleine», accorde un entretien exclusif à Gaboneco.com, à l’occasion de la sortie de son 3ème opus «Karibu», successeur de «Téti». L’artiste effectue son retour après cinq années d’absence. Barbara Kanam, chanteuse d’origine Katangaise et congolaise, fait ses armes en interprétant les répertoires d’artistes internationaux. En 1991, en séjour en Afrique du sud, elle intègre un grand orchestre «Dévotion» et suit des cours de guitare ; un choix judicieux puisque la maîtrise de cet instrument lui permettra de lancer véritablement sa carrière en composant un répertoire de morceaux acoustique. Ainsi commence une carrière qui prendra son envol. Elle participe à la tournée «One Woman Acoustic Show» en Afrique centrale en 1993 et sort son premier album « Mokili», en 1999. En 2004, s’ensuit un deuxième effort : «Téti».

Elle prend alors le recul par rapport à sa carrière qui démarre en trombe et met cinq ans à composer «Karibu», qui se veut être son nouveau chef d’œuvre. A cette occasion, la chanteuse se confie à Gaboneco.com :

 - Barbara Kanam, bonjour à vous et, vous nous revenez après cinq ans de silence. La raison ?

Bonjour à tous les internautes. Je reviens après 5 ans simplement, parce que après le succès de «Bibi Madeleine», je ne pouvais pas me permettre de mettre sur le marché un album en dessous. Je ne cours pas après le temps et ne fais la course avec personne. Ce que je veux avant tout, c’est un album de qualité, à la hauteur de la diva que je suis et une oeuvre qui puisse plaire…

- «Karibu», votre nouvel album, signifie bienvenue en swahili, langue que vous parlez très bien puisque originaire de la RDC. A qui la souhaitez-vous cette bienvenue ? 

A mon public, à l’Afrique, au monde, à tous les amoureux de la musique…L’hospitalité est propre à notre culture et la nécessité aujourd’hui est de garder nos valeurs, notre identité.

- Barbara K., c’est une voix que les mélomanes découvrent sur le plan international en 2003 avec «Bibi Madeleine», qui marchera autant en Afrique que dans l’Hexagone. Pour la réalisation de «Karibu», vous avez décidé de changer en partie votre équipe. Pourquoi ?

Ce qui a changé, c’est l’organisation, je suis producteur a 100 %, j’ai créée mon propre label KANAM MUSIC, je travaille en collaboration avec Kiki Touré et j’ai fait appel à des musiciens comme Olivier Tshimanga, Maika Munan,Popolipo, Awilo longomba a participé a la réalisation de certains titres comme «Reponds-moi». L’album contient un featuring avec fally Ipupa.

- Depuis «Dévotion», l’orchestre au sein duquel vous avez démarrez votre carrière, quel bilan faites-vous de votre carrière qui a bel et pris son envol ? 

 Satisfaite en partie mais, toujours en quête de faire mieux ! L’Afrique et les africains me le rendent bien. Je remercie Dieu pour cette grâce.

- Pensez-vous avoir atteint le niveau que vous vous êtes fixée en entrant dans le monde de la musique ? Sinon, que vous manque- t’il aujourd’hui pour y parvenir ?

Dans ce métier contrairement a d’autres, ce n’est jamais un acquis ! Tout évolue, ça va très vite et il faut beaucoup de moyens pour parvenir a se faire entendre. J’ai travaillé dans des conditions pas toujours facile, j’ai eu des moments de découragement parce que vivre de la musique, n’est pas donné à tous mais, je pense avoir eu beaucoup de chance d’être vite monté au plan international avec deux albums seulement. Aujourd’hui, mon souhait est d’avoir une structure et les moyens qui me permettront d’être présente dans le monde entier et vendre des millions de disques ! «I have a dream too»…

- Au début de l’an 2000, vous sortez «Mokoli» et «Téti» puis ce mois, «Karibu». On constate, que vous tenez à donner à vos albums, des titres purement africains, malgré les nouvelles couleurs apportées au dernier effort. Quelle importance accordez-vous à vos racines et à votre culture Barbara Kanam ?

Une personne sans racine, sans identité, est une personne inexistante. Je suis avant tout, une ambassadrice de ma culture, celle de mon pays et de mon continent. Je veux rester originale mais en harmonie avec mon temps. Le monde doit savoir d’ou je viens. C’est ça, ma vraie richesse.

- Et par rapport au choix de vos chansons ?

J’écris, compose par rapport à mes propres expériences et aux émotions que je ressens. Cette fois, j’ai mis en avant ma féminité, je suis plus sentimentale qu’auparavant.

-Un peu plus femme ?

Je parle beaucoup d’amour, de respect, de paix et de courage, c’est ce que je souhaite à chacun d’entre nous surtout pour notre continent face à toutes ces guerres et leurs conséquences dramatiques, la femme se retrouve le plus souvent fragilisée. Il faut redonner confiance, je suis une femme africaine et j’assume mon africanité.

- Côté cour, côté jardin, Barbara K., désormais célibataire ?

Jardin secret…priorité mon fils, ma carrière. Peut être dans le futur…  Cette question ne pouvait pas ne pas apparaître.

Vos nouvelles relations avec Awilo Longomba qui collabore tout de même après votre séparation, à votre nouvel album ?

Il reste un ami, un de mes meilleurs conseillers, j’ai beaucoup d’admiration pour lui.

- Vos projets musicaux dans l’immédiat ?

Promotiom de l’album «Karibu», concerts dans toute l’Afrique et certainement, l’Olympia l’année prochaine.

- Internet est désormais incontournable. Que pensez-vous de cet outil informatique ?

C’est devenu important pour la promotion mais juste le souci pour le téléchargement illégal des chansons. 

 - Un message à l’endroit de vos fans ?

Grand merci ! Je souhaite que chacun d’entre nous soit un jardin d’amour pour l’être le plus cher, sa famille, ses enfants, pour son pays, pour le monde!!! Il y aurait ainsi moins de guerres, de haine…Mon jardin d’amour c’est vous !

Source : gabobeco.com

Les escrocs à Lubumbashi : imaginatifs et persuatifs.

lubumbashi0801.jpg

Très persuasifs, les escrocs et leurs réseaux sont de plus en plus nombreux et imaginatifs à Lubumbashi. Parfois ce sont des voisins qui trompent et ruinent la vie des gens crédules. Pour les dissuader, la police poursuit et arrête tous ceux qui y ont participé quand elle les trouve…
« Chaque jour des hommes et des femmes sont piégés par des beaux discours et se font avoir », explique Gédéon Madjunda, Officier de police judiciaire (OPJ), chargé des statistiques de la criminalité à l’Agence nationale des renseignements (ANR) de la police du Katanga. Environ 80 personnes sont arrêtées chaque mois pour escroquerie à Lubumbashi. En 2008, 786 cas d’escroquerie ont été enregistrés, et 1019 personnes ont été arrêtées. Il appelle la population katangaise à la vigilance. Il ajoute : « Un escroc peut monter un mensonge tellement bon à entendre qu’il est difficile de le distinguer de la vérité. Il utilise la ruse et les moyens frauduleux pour se faire remettre les biens, sans violence.« Les formes d’escroquerie sont multiples. « J’ai perdu une somme colossale en croyant à un interlocuteur inconnu », dit, consterné, un vieux devenu pauvre, habitant Kamalondo, une commune de Lubumbashi. Kadima Nsana, 63 ans, explique : « J’ai vendu ma parcelle, sachant que j’avais de l’argent, un de mes voisins m’a proposé d’en donner à un réseau d’Ouest-africains qui nettoient des billets noirs avec un produit spécial et en fabriquent des faux dollars, pour que j’en ai davantage. Quatre jours après tous ont disparu. » Ces nettoyeurs de billets, appelés à Lubumbashi « frappeurs », ont des connexions avec des Congolais qui s’informent dans leurs quartiers respectifs sur des gens qui ont de l’argent. Ils les dupent et leur proposent de multiplier des billets, à condition de se repartir le surplus. « Ils m’ont demandé de donner 10 000 $ pour qu’ils m’en produisent 20 000. Je ne savais pas que mon voisin était l’un des leurs », lâche Kadima Nsana, visage triste se souvenant de sa fausse affaire.

Croire à son interlocureur; fin 2008, un pasteur visiteur d’une Eglise évangélique en provenance de la Tanzanie, a récolté l’argent des fidèles croyants, leur promettant de les amener aux Etats-Unis, sous prétexte que son Eglise avait reçu des bourses d’études théologiques des missionnaires et recherchait un grand nombre de gens. Mais il a vite disparu dans la nature. Roger Ngombo raconte : « Je lui ai fait confiance, il avait l’air sérieux. Il ne ressemblait pas à un escroc, pourtant il l’était. Il m’a pris toutes les économies de la famille. »A deux mètres du même endroit, Djo Malamba se plaint aussi. Il a versé l’argent à un commissionnaire pour dédouaner sa voiture à Kasumbalesa (la frontière Zambie-RDC). Fausse affaire. « Il l’a dédouané et a changé de destination. J’ai appris qu’il était à Likasi (la deuxième ville du Katanga, Ndlr), je l’ai suivi sans succès… Plus tard, il est tombé dans les mains de la police, toujours pour escroquerie. »Aux statistiques de l’ANR à Lubumbashi, l’escroquerie vient en deuxième position après l’abus de confiance.

Pour John Manzau, un économiste qui analyse la situation, les causes sont liées à la crise multiforme que traverse la ville minière. « Tous ces travailleurs devenus chômeurs puisque les minings ont fermé, doivent manger, explique-t-il. Faute de mieux, ils vivent des moyens frauduleux. Aujourd’hui, tout interlocuteur inconnu fait peur. Pourtant, il y a trois ans, on se faisait confiance. » Point de vue que ne partage pas Madjunda, qui trouve que l’escroquerie est surtout un comportement. « Nous avons arrêté des escrocs qui ont des moyens pour vivre loyalement. Mais ils récidivent, ils continuent à escroquer, c’est leur nature. » Mefiez-vous des escrocs.

A bon entendeur, Salut !!!!

Source : syfia-grands-lacs.info

KIBWE PAMPALA Jean-Baptiste

kibwepampala.jpg

KIBWE PAMPALA 

Jean-Baptiste Kibwe,il fut un des grands cerveaux de la sécession katangaise (1960-1962) en République Démocratique du Congo (RDC).Originaire de Pweto,il est né au Katanga en 1924, est décédé vendredi 21 Novembre 2008 à Bruxelles.Il a été inhummé deux semaines plus tard dans son Katanga natal.
Jean-Baptiste Kibwe,mort à 84 ans, avait joué un rôle de premier plan au sein de l’Etat indépendant du Katanga, proclamé en 1960 et dirigé par Moïse Tshombe Kapend, dans le sud-est de la République Démocratique du Congo.
Il fut ministre des Finances et Vice-Président au sein du gouvernement sécessionniste.
Il formait avec Moïse Tshombe et Godefroid Munongo le trio séparatiste qui a tenu tête pendant deux ans au pouvoir central de Kinshasa, alors Léopoldville. Personnalité politique de premier plan, il continua à jouer un rôle important dans sa province natale du Katanga, ainsi qu’à Kinshasa. Il fut député de l’opposition non-armée pendant la dernière transition politique (2003-2006.Il fut également Président du grand Club de Lubumbashi,Le Tout Puissant Mazembe vers les années 80 et un des membres influents de ce club du cher à Moise Katumbi,actuel gouverneur du Katanga.

DIKANGA KAZADI Jean-Marie

dikangakazadi.jpg 

DIKANGA KAZADI 

Originaire du territoire de Pweto,il est Docteur en Science et Techniques de l’information.Il a exercé  Journaliste  de la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC). Il embrassera par la suite la carrière politique en assurant de 1998-2001, les fonctions de Conseiller du Gouverneur du Katanga de l’époque (Katumba Mwanke). Il sera par la suite nommé Directeur de cabinet du ministre délégué а la présidence de la république et s’occupera du secrétariat technique de la composante gouvernementale au dialogue inter-congolais avant d’être nommé ambassadeur de la République démocratique du Congo en Zambie.Depuis Mai 2007 il exerce les fonctions de ministre de l’Intérieur, Décentralisation et Affaires coutumières.

Il est membre du PPRD, il est très proche de Katumba Mwanke, l’homme le plus puissant du régime kabiliste, et proche du gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe. On peut mettre en avant ses qualités de chercheur et enseignant de l’université de Lubumbashi.Il est également auteur des plusieurs ouvrages,livres et revues.

1...34567

Kashengeneke Mountain

Kashengeneke Mountain

CATÉGORIES

  • Album : PHOTOS GALLERIES
    <b>imageslubumbashiii.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur: JOEL KALUMBA

Joel Kalumba

LA RDC

LA RDC

Sondage

D'après vous, Qui est le Meilleur Candidat aux Présidentielles 2011?

  • VITAL KAMERHE (0%, 0 Votes)
  • JOSEPH KABILA (0%, 0 Votes)
  • OSCAR KASHALA (0%, 0 Votes)
  • ETIENNE TSHISEKEDI (0%, 0 Votes)
  • KENGO WA DONDO (100%, 0 Votes)

Nombre de votants: 0

Chargement ... Chargement ...

SOYEZ LE BIENVENU

Mwaiseni mwa Mpweto Kanyamabumba.Nga mulalanda ululimi lwa Cibemba, tulemyeba ukuti mututumine ifikope ifya lekana lekana mu cende yonse iya Babemba.Twamitotela pa kutwa fwilisha umulandu abakwesu baleishibikwa mwi sonde lyonse.

CALENDRIER

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

lifestyle |
Le Blogidien |
ewondo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien