Archives pour la catégorie INFRASTRUCTURES

Football: TP Mazembe dans le Panthéon du Football Mondial; Club de Légende !

Football: TP Mazembe dans le Panthéon du Football Mondial; Club de Légende ! dans INFRASTRUCTURES T.P.-MAZEMBE-DE-LSHI-150x99Malgré un terne bilan international au cours des 40 dernières années, la République Démocratique du Congo peut se targuer de posséder l’un des joyaux les plus étincelants du continent africain : le Tout Puissant Mazembe. Basé dans la province minière de Katanga, ce club fascinant a remporté quatre Ligues des champions de la CAF. Seuls Al Ahly et Zamalek comptent autant de couronnes continentales.

Naissance d’une institution
Fondé en 1939 par des missionnaires bénédictins d’Elisabethville, nom donné à Lubumbashi par les colons belges, le club est d’abord baptisé FC Saint-Georges, avant d’être renommé Saint-Paul FC en 1944. Quelques années plus tard, les missionnaires abandonnent la gestion du club, qui prend la dénomination du FC Englebert en référence à son sponsor, une marque de pneumatiques. Vêtus d’une tunique aux rayures noires et blanches et réputés pour leur rage de vaincre, les joueurs ne tardent pas à être surnommés les Mazembe, ce qui signifie « corbeaux » en kiswahili.

Il leur faut pourtant attendre l’indépendance du Zaïre, en 1960, pour décrocher leur premier championnat : l’événement a lieu en 1966, avec en prime une coupe nationale et une coupe du Katanga, le tout sans la moindre défaite. Cette performance historique vaut au club un nouveau qualificatif : Tout Puissant. Les dirigeants optent pour une synthèse des différentes appellations et adoptent le nom qui mènera le club au firmament : le TP Mazembe Englebert.

La légende en marche
L’équipe de 1966 est un véritable rouleau compresseur qui, la saison suivante, rafle l’une des premières éditions de la Coupe d’Afrique des Clubs Champions, battant les Ghanéens d’Asante Kotoko sur tapis vert en finale après deux matches nuls. En 1968, elle récidive, dominant cette fois les Togolais de l’Étoile Filante de Lomé sur un score de 6:4 en cumulé, après une démonstration 5:0 en finale aller.

Emmené par Pierre Kalala dit le Bombardier, le plus grand footballeur de l’histoire de la RD Congo, le TP Mazembe échoue en finale lors des deux saisons suivantes. En 1969, les Égyptiens d’Ismaily disposent des Corbeaux 3:1 au deuxième acte après un nul 2:2, et en 1970, Asante Kotoko prend sa revanche en allant les surprendre 2:1 chez eux à la suite d’un nul 1:1 à Kumasi. Au match retour, l’ailier vedette Martin Tshinabu manque le penalty qui aurait pu offrir un troisième titre continental au TP Mazembe, alors même que l’on commençait à parler du club comme du « Real Madrid africain ».

Le TP Mazembe Englebert est demeuré la seule équipe à avoir conservé son titre de champion d’Afrique, jusqu’au doublé d’Enyimba en 2004. Les Corbeaux sont également restés la seule formation à avoir atteint quatre finales successives de Coupe d’Afrique des Clubs Champions, avant que les Égyptiens d’Al Ahly n’égalent cette performance entre 2005 et 2008. Le club a aussi été un précieux vivier de talents pour l’équipe nationale, lauréate de deux Coupes d’Afrique des Nations de la CAF en 1968 et 1974 et qualifiée pour la Coupe du Monde de la FIFA 1974™.

Aujourd’hui
Hormis une Coupe d’Afrique des Vainqueurs de Coupe en 1980, le TP Mazembe a longtemps disparu de la scène continentale pour revenir en force ces dernières années. L’entrepreneur et homme politique Moise Katumbi, devenu un fanatique du club, a largement contribué à cette renaissance grâce à son soutien moral et financier. Misant en priorité sur les talents locaux, le Tout Puissant a connu une montée en régime tout au long des années 2000, pour finalement renouer avec la gloire.

Après avoir atteint une seule fois les demi-finales de la compétition en 37 ans, les Corbeaux ont retrouvé les sommets en remportant la Ligue des champions de la CAF 2009, en battant Heartland grâce à un but à l’extérieur en finale aller. Bien décidé à prouver que ce retour en grâce n’avait rien d’un coup de chance, le TP Mazembe est devenu la première formation africaine à réaliser deux fois le doublé, battant aisément l’Espérance Sportive de Tunis 6:1 en cumulé en finale de l’édition 2010.

Mais les fans n’étaient pas au bout de leurs surprises. Lors de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2009, le TP Mazembe est devenu la première équipe d’Afrique subsaharienne à participer à la compétition, sans toutefois se montrer très convaincante sur le terrain. L’année suivante, les Congolais ont sorti le champion d’Amérique du Nord, Pachuca, puis les Brésiliens de l’Internacional en demi-finale (2:0), devenant ainsi la première formation non européenne ou sud-américaine à atteindre la finale du tournoi. De quoi apporter une immense fierté à la RD Congo et à l’ensemble du continent africain, malgré le revers face à l’Inter Milan en finale.

À ces honneurs, les joueurs du club peuvent ajouter de nombreuses satisfactions en sélection. Avec une dizaine de Corbeaux dans l’effectif, la RD Congo a empoché en 2009 la première édition du Championnat d’Afrique des Nations de la CAF, une compétition réservée aux joueurs évoluant dans un club de leur pays. La Zambie, vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF 2012, recensait quant à elle cinq membres du TP Mazembe dans son groupe, Lubumbashi se trouvant à proximité de la frontière entre les deux pays.

Le stade
En avril 2010, Mazembe a entrepris de construire un nouveau stade à la hauteur de ses ambitions. Baptisé tout simplement « Nouveau Stade Mazembe », cet écrin de 18 500 places possède une pelouse artificielle et dispose de toutes les infrastructures modernes. S’il représente un pas en avant considérable, ce stade reste ancré au sein du quartier historique du club et demeure l’une des enceintes sportives les plus chaudes d’Afrique.

Source:fr.fifa.com/classicfootball/clubs

Economie-Transport: Korongo Airlines bientôt opérationnelle en RDC !

Economie-Transport: Korongo Airlines bientôt opérationnelle en RDC ! dans ECONOMIE korongo2-150x101Après de longs mois d’attente, le premier avion de Korongo Airlines (Korongo signifie cigogne en swahili) va bientôt atterrir en République démocratique du Congo (RDC), après la signature par le président Joseph Kabila des licences d’importation des avions.

Le lancement de la Korongo Airlines date d’il y a deux ans. Les premières liaisons commerciales des avions de la Korongo Airlines, une compagnie belgo-congolaise, devraient par conséquent, avoir lieu en mars ou avril prochains, ce qui mettrait un terme à une longue attente de deux ans, à en croire la consœur belge La Dernière Heure. Qui a annoncé que tous les documents étaient là et que les licences d’importation des avions étaient signées par le gouvernement congolais.

Korongo Airlines est un projet d’une compagnie aérienne issue d’une joint-venture entre Brussels Airlines et la multinationale belge Groupe George Forrest International, avec la pleine assistance de Lufthansa. Le premier vol commercial (de Lubumbashi via Kinshasa vers Johannesbourg) était prévu en 2011. La nouvelle compagnie aérienne appartient pour 70% à un holding dans lequel Brussels Airlines possède 50,5% et le Groupe Forrest 49,5%. Les 30% restants appartiennent à quelques investisseurs congolais.

Après des mois des tergiversations et des tensions entre le gouvernement congolais et le groupe de George Forrest, un de principaux acteurs économiques en République démocratique du Congo, le président Kabila a finalement accepté en début de cette année de signer les licences d’importation des avions, ouvrant la voie aux premiers vols.Le 15 décembre 2009, Brussels Airlines annonçait l’abandon du projet airDC et le lancement de Korongo Airlines, avec un financement initial de 10 millions d’euros. La société a été officiellement enregistrée le 13 avril 2010 et devrait officiellement prendre l’air au printemps 2012.

Basée à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Katanga, en RDC, Korongo Airlines opérera avec un permis d’exploitation aérienne belge pour éviter qu’elle ne se retrouve sur la liste noire de l’Union européenne comme le sont actuellement les autres compagnies aériennes congolaises.

Dans un premier temps, apprend-on de mêmes sources, ses avions devront relier Kinshasa à Lubumbashi et les dirigeants n’excluent pas qu’elle réalise des vols vers Kigali et Kampala.Durant cette période d’attente, les autorités de cette compagnie aérienne ont mis les bouchées doubles pour finaliser les infrastructures de la compagnie en construisant déjà le hangar devant abriter les avions et en assurant le recrutement de l’équipage.

Depuis début 2011 quelque 90 personnes de Korongo Airlines dûment entraînées sont prêtes à travailler pour la compagnie à Lubumbashi. Depuis juin 2011 deux, puis trois avions peints aux couleurs de la compagnie sont prêts à Bruxelles, le hangar de maintenance de Lubumbashi est terminé et approuvé par les autorités locales.Korongo Airlines n’attendait que l’autorisation finale des autorités congolaises pour importer les avions et approuver les plans de vol.

Source:mediacongo.net

Evariste BOSHAB salue la mémoire d’un Homme; le Visonnaire Augustin Katumba !

Evariste BOSHAB salue la mémoire d'un Homme; le Visonnaire Augustin Katumba ! dans INFRASTRUCTURES 305703_103206583122107_100002982972237_21030_1695280251_n-124x150Evariste Boshab, secrétaire général du  PPRD, est sans conteste l’une de dernières personnes à avoir vu Augustin Katumba  Mwanke vivant. C’était dimanche dernier à 11h00’ à l’aéroport international de N’Djili avant que le jet privé ne s’envole à destination de Bukavu. Il le rappelle dans son oraison funèbre où il ne manque pas de relever les qualités d’un grand travailleur, d’un baobab. «Tu m’as dit que ce qui était important, c’est d’avoir sa conscience tranquille, de demeurer fidèle à ses principes et loyal à l’égard de la Hiérarchie», témoigne Evariste Boshab. Avant d’ajouter : «Face à l’adversité, tu es resté plus que tranquille, pragmatique, méthodique, concis et précis». Découvrez son oraison funèbre prononcée hier par le secrétaire général du PPRD et président de l’Assemblée nationale.

 En dépit des obstacles et/ou des qu’en dira-t-on, l’être va son chemin, comme le tournesol qui n’a pas besoin de boussole pour suivre le soleil. Il trace son parcours comme un arc-en-ciel qui suscite admiration sans nous livrer la profondeur de sa pensée. Tel un tournesol, le Camarade Augustin KATUMBA MWANKE, qui a nourri notre esprit de sa contemplation, en se nourrissant du parcours du soleil, vient de nous quitter.
    Pour certains  le soleil s’est couché, le baobab est tombé. Il en est ainsi uniquement pour ceux qui sèment le vent ; ils ne laissent derrière eux que ruine et désolation. Pour nous, le baobab n’est pas tombé. La rosée matinale s’est dissipée pour laisser transparaître la grandeur de l’homme et  de son œuvre. Aussi sommes-nous réunis en ce lieu non seulement pour pleurer celui qui a combattu et a vaincu en prenant de la hauteur face aux évènements, mais pour dire et redire le parcours d’un combattant, la vie d’un visionnaire, le camarade Augustin KATUMBA.
    Camarade Augustin KATUMBA,
    Il y a onze ans tu quittais ta province natale de Katanga pour venir prêter main forte au pouvoir en place alors que Laurent Désiré KABILA venait de nous quitter dans les circonstances tragiques.Hier, dans la conversation que j’ai eu avec toi à 11h00′, tu m’as promis que tu me donnerais les détails le soir. Alors que tu as toujours tenu à tous tes rendez-vous, hélas, celui d’hier, tu ne l’aurais pas tenu. Quelle douleur pour nous tes Camarades ! Nous sommes inconsolables !
   Augustin, tu as décidé de changer de stratégie sans nous prévenir, de partir sans nous dire au revoir. Tu as tenu jusqu’au bout à ta logique, la logique de
ta vie ; celle de tout donner, servir sans rien attendre en retour. En cela, tu auras été un vrai homme d’état, au patriotisme déroutant, avec un charisme exceptionnel de service. Augustin, tu as décidé de changer de stratégie sans nous prévenir, de partir sans nous dire au revoir. Tu as tenu jusqu’au bout à ta logique, la logique de ta vie ; celle de tout donner, servir sans rien attendre en retour. En cela, tu auras été un vrai homme d’état, au patriotisme déroutant, avec un charisme exceptionnel de service.
    Augustin, ce qui est important en ce moment, ce n’est pas ce que je peux dire de toi, mais ce que tu as dit de toi-même et pour lequel je suis plus qu’un témoin.Tu m’as dit un jour ce que certaines personnes pensent et disent de toi. Elles ont associé ton nom à tous les coups qui puissent exister. Qu’il y ait catastrophe même naturelle, c’est KATUMBA. Une maman perd son enfant à la maternité, c’est KATUMBA. Elles ont constitué des blocs pour te juger et te condamner. Face à tous cela, tu m’as dit que ce ui était important, c’est d’avoir sa conscience tranquille, de demeurer fidèle à ses principes et loyal à l’égard de la Hiérarchie.
   Face à l’adversité, tu es resté plus que tranquille, pragmatique, méthodique, concis et précis dans tes propos. A titre d’exemple, chaque fois qu’il nous fallait statuer sur les Camarades, tu exigeais toujours le critère et le respect des principes pour ne pas sombrer dans des considérations tribales et individuelles.  Tu en as fait autant au dialogue intercongolais, dans l’exercice de tes diverses fonctions, et de manière exemplaire, dans nos réunions du Comité Exécutif National. Tu auras été de toutes les batailles avec franchise, perspicacité et abnégation.
    Augustin, comme je te l’ai toujours dit, qu’il y ait des gens qui ne t’aiment pas, saches qu’il y en a aussi qui ont apprécié ta vie et tes actions à leur juste valeur. Et d’ailleurs, ce qui comptait pour toi, ce n’était pas d’être aimé ou pas, mais de travailler et surtout de bien travailler.

Chers Camarades,
    Nous avons perdu un travailleur engagé et engageant, un homme soucieux de son peuple, de son pays, et de la bonne marche de l’Etat. Tout ce qu’il nous demande pour honorer sa mémoire, c’est de bien travailler pour réussir ce nouveau mandat de joseph KABILA en pensant à l’avenir de notre parti. Je voudrais, avant de terminer ce mot, formuler un vœu :  » Augustin, nous ne nous laisserons pas faire, tu peux compter sur notre amitié, notre fraternité et notre camaraderie pour le bon aboutissement de ce que nous avons commencé ensemble « .
    Puisse notre Initiateur du parti, et la famille biologique de l’illustre disparu, trouver ici, l’expression de notre indéfectible attachement aux idées et valeurs que nous avons toujours défendu ensemble. Pour terminer, je présente mes condoléances les plus émues avec l’assurance de mes prières à l’Initiateur du PPRD, le Camarade Joseph KABILA KABANGE et à la famille de l’illustre disparu.Puisse la terre de nos ancêtres t’être douce et légère pour des loyaux services rendus à la Nation Congolaise comme Député élu et à son cher Parti, le PPRD.

Source:forumdesas.com

Finale avant la lettre à Goma : Kabila ravit la vedette à Tshisekedi !

Finale avant la lettre à Goma : Kabila ravit la vedette à Tshisekedi ! dans ECONOMIE 79816-0-150x113Là où, au stade des Volcans, indiquent bon nombre d’observateurs, le Raïs a fait carton plein, la foule n’a pas été celle de grand jour pour le lider maximo.Une finale avant la lettre. La ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, a abrité hier un test grandeur nature de la présidentielle 2011. En effet, coïncidence d’agenda sans nul doute, les deux poids lourds du scrutin du 28 novembre 2011 se sont retrouvés hier à Goma. Le leader de l’UDPS est arrivé premier (deux heures plus tôt), suivi un peu plus tard de  » Raïs 100% sûr « . Deuxième coïncidence, les deux candidats ont tenu leurs meetings dans le même stade comme s’ils s’adonnaient à un test de popularité. Là où, fidèle à sa tradition, Joseph Kabila a effectué une longue marche pour couvrir les trois kilomètres qui séparent l’aéroport de Goma de la place ex-Ozacaf, tandis qu’Etienne Tshisekedi est resté à bord d’une jeep toiture ouvrante. Coïncidence fortuite ou non, Goma s’est retrouvé hier lundi 14 novembre 2011 avec les deux gros calibres de tous les candidats à la présidentielle 2011. Comme pour illustrer leur verdict, les Gomatraciens ont réagi en levant trois doigts pour symboliser le numéro d’ordre (n°3) du candidat Joseph Kabila. Pour les observateurs, entre Kabila et Tshisekedi, il n’y a pas match.    Après le Maniema, le Sud-Kivu et le Katanga, Joseph Kabila, chef de l’Etat sortant et candidat à sa propre succession, est depuis hier au Nord-Kivu, quatrième province pour sa campagne électorale. C’est à 16h20′ que le Raïs, toujours accompagné de son épouse Olive Lembe, est arrivé à Goma, chef-lieu de la province, à bord d’un Jet de même type (curieusement) que celui d’Etienne Tshisekedi, leader de l’UDPS et également candidat à la présidentielle 2011.
De manière spontanée, une longue file de sympathisants, de partisans et de militants tous sexes et tous âges, s’est rangée devant, derrière et aux côtés du candidat n°3 pour l’accompagner durant plus d’une heure et demie pour atteindre le centre-ville. Durant la longue marche, Joseph et Olive Kabila brandissaient, à tout moment, trois doigts de la main comme pour illustrer le chiffre n°3.
Introduisant le speech de « 100% sûr « , le gouverneur Julien Paluku, en sa qualité de directeur de campagne électorale de Joseph Kabila pour la province du Nord-Kivu, a recouru à un style particulier dans son intervention à la place ex-Ozacaf :  » Il y a trois personnes en Dieu ; il y a deux testaments – l’ancien et le nouveau – il n’y a qu’un seul Dieu qui règne dans le ciel « . Comme pour dire qu’il n’y a qu’un seul candidat qui va devoir l’emporter en Rd Congo : Joseph Kabila Kabange. Côté mobilisation, Julien Paluku a su donner la preuve de ses capacités en battant pratiquement tous les records.  L’événement était donc à la taille du candidat.
Dans son adresse, le candidat n°3 a d’abord tenu à rappeler, à l’intention des Nord-Kivutiens, en leur qualité de témoins, les sacrifices consentis pour la restauration de la paix dans la province. En 2009, indique le Raïs, Goma a failli tomber, et c’est grâce à la dextérité des autorités, mais aussi tout le soutien des Gomatraciens que le pire a été déjoué.
Mais aujourd’hui, lance-t-il, à la faveur des élections,  » le Nord-Kivu commence à recevoir des candidats à la présidentielle qui ne pouvaient, il n’y a pas longtemps, se hasarder dans cette partie indexée du pays réputée pour son insécurité « . Une manière, estime-t-on, de dire que certains candidats font de la paix au Kivu un enjeu électoral. Ce qui reviendrait également à dire, soutiennent certains observateurs, qu’il n’y aura pas de paix s’ils ne sont pas élus. En tout cas, de bonne guerre en politique.

    Joseph Kabila a rappelé aux Gomatraciens trois périodes décisives de leur existence : d’abord, en 2001 lorsque, arrivé aux affaires, il héritait d’un pays presque balkanisé. Ensuite, 2003, lorsque la réunification est arrivée sous le  » 1+4  » à la suite des travaux du dialogue inter congolais tenu en Afrique du Sud. Et, enfin, 2006, avec la tenue des premières élections réellement démocratiques, transparentes et libres ont eu lieu. D’ailleurs, relèvent des observateurs, contrairement aux élections de 1965 issues de la Conférence constitutionnelle de Luluabourg (Kananga) interdites aux Lumumbistes et aux Nationalistes, le scrutin de 2006 a été ouvert à toutes les forces politiques et sociales sans exclusive. A part, bien-sûr, celles qui avaient, de manière délibérée, suivi la voie de l’auto-exclusion.
Dans son discours, le Raïs est remonté à l’histoire du Congo pour démontrer que, pendant une quarantaine d’années, on a sacralisé l’incurie, la destruction. Maintenant, il faut reconstruire.  » C’est une obligation pour notre génération « , a-t-il lancé à la cantonade. Stigmatisant le discours incendiaire, souvent brandi en cas de non tenue des élections ou de défaite, Joseph Kabila a engagé sa responsabilité une fois élu et celle de son gouvernement national, provincial et de la population dans la reconstruction de la province du Nord-Kivu.
C’est de la sorte que parmi les promesses faites à la population, il a épinglé la poursuite des travaux de la voirie à Goma et à Beni-Butembo, l’asphaltage de la route Goma-Rutshuru-Beni-Butembo, la construction d’une université moderne à Goma sur le modèle des universités de Kindu et de Bukavu, l’eau, l’électricité et l’éducation. Le candidat n°3 a aussi promis aux Gomatraciens la construction d’un stade moderne. Pour clore son adresse, le Raïs a rappelé aux Gomatraciens qu’ils l’avaient élu à 96% en 2066.  » En 2011, je vous exhorte à m’élire à 100% « .
Quelques instants plus tôt, indiquent nos sources, le lider maximo de l’UDPS avait tenu son meeting dans le même stade. La foule n’a pas été celle de grand jour.

Source:forumdesas.com

T.P. MAZEMBE: Achat d’un deuxième avion « MD 83″

avionmazembemd83.bmp

Régnant sur le toit Africain, le TPM a commencé à se préparer pour un retour honorable sur le football Africain en achetant un deuxième avion peint aux couleurs du Club. Le Club de Lubumbashi a été interdit de défendre le titre de la Ligue des Champions africaine plus tôt par la CAF cette année pour la mise en service d’un joueur non qualifié; Janvier Besala.

Le TP MAZEMBE a acheté un autre avion pour le transport des joueurs pour les futures rencontres locales et internationales.Le modèle de MD-83 avec 140 sièges a débarqué à Lubumbashi.Mazembe avait déjà acheté un autre avion « Dornier 128″  l’an dernier.Une première en Afrique, un club de football possède une flotte d’avions de ligne pouvant faciliter ses déplacements partout dans le monde. Pour la sécurité de toute la famille englebertoise, le chairman a porté son choix sur le constructeur américain Mc Donnell Douglas et ses MD 83 qui entrent en compétition avec l’Airbus 320 et le Boeing 737.

A 6H49 TU, la tour de contrôle annonce l’amorçage de l’atterrissage de cette précieuse acquisition, deux camions anti-incendie sont commis à l’accueil et projetteront leurs eaux une fois que l’avion aura entamé son taxi vers le terminal, ceci en signe de bénédiction. Moïse Katumbi, président du club a déclaré aux médias que acheter une seconde est en ligne avec leur ambition de devenir le plus grand club du continent.« Nous voulons être un éléphant dans le football africain et pour y parvenir nous devons acquérir tous les moyens nécessaires, « dit-il.

L’année dernière Mazembe a dévoilé un budget de 10 millions de dollars pour la saison en cours. Localement, le club a raté l’occasion d’aller en haut du classement de la Ligue de la République démocratique du Congo ce dimanche car le TPM  a fait un match nul avec le champion en titre, Vita Club de Kinshasa.Vita Club mène avec 24 points, tandis que Mazembe a 23.

12345...11

Kashengeneke Mountain

Kashengeneke Mountain

CATÉGORIES

  • Album : PHOTOS GALLERIES
    <b>imageslubumbashiii.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Auteur: JOEL KALUMBA

Joel Kalumba

LA RDC

LA RDC

Sondage

D'après vous, Qui est le Meilleur Candidat aux Présidentielles 2011?

  • VITAL KAMERHE (0%, 0 Votes)
  • JOSEPH KABILA (0%, 0 Votes)
  • OSCAR KASHALA (0%, 0 Votes)
  • ETIENNE TSHISEKEDI (0%, 0 Votes)
  • KENGO WA DONDO (100%, 0 Votes)

Nombre de votants: 0

Chargement ... Chargement ...

SOYEZ LE BIENVENU

Mwaiseni mwa Mpweto Kanyamabumba.Nga mulalanda ululimi lwa Cibemba, tulemyeba ukuti mututumine ifikope ifya lekana lekana mu cende yonse iya Babemba.Twamitotela pa kutwa fwilisha umulandu abakwesu baleishibikwa mwi sonde lyonse.

CALENDRIER

décembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

lifestyle |
Le Blogidien |
ewondo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien