• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Archives pour novembre 2010

ECONOMIE:Le gouverneur du Katanga a levé la mesure d’interdiction de circulation des camions « CANTER » sur la route Kasumbalesa.

canter1987.jpg

Le gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe, a décidé dernièrement à Kasumbalesa la levée de la mesure interdisant la circulation des camions CANTER chargés de sacs de maïs et la farine de maïs en provenance de l’Afrique australe.

C’était au cours d’un meeting populaire qu’il a présidé à la cité frontalière de Kasumbalesa où il a effectué une mission éclair. Dans son adresse, le gouverneur du Katanga a passé en revue la situation générale de la cité frontalière en évoquant notamment la nécessité de l’amélioration de la desserte en eau potable et en électricité, avant d’annoncer un train de mesures à haute portée sociale. Il s’agit notamment de la reprise du trafic des camions « CANTER » transportant la farine et les graines de maïs moyennant paiement d’une taxe unique de cinquante mille francs congolais.

Le gouverneur du Katanga a également promis de mettre à la disposition des habitants de Kasumbalesa un bus de transport en commun pour desservir la ligne Lubumbashi – Kasumbalesa. Il a également décidé que la taxe de transport du bois passe de 800.000 FC à 200.000 FC et que le test d’alcool est désormais obligatoire pour tous les chauffeurs exploitant le transport en commun des personnes sur l’axe Lubumbashi – Kasumbelesa.

Auparavant, le gouverneur du Katanga avait présidé une réunion de sécurité au guichet unique de la DGDA situé au village Whisky à 7 km de la cité frontalière de Kasumbalesa. Moïse Katumbi Chapwe a visité les bâtiments de la DGDA pour se rendre compte de l’ampleur des dégâts causés par les incidents de mardi 16 novembre.  

Sur place, il a pu constater que les vitres du nouveau bâtiment du guichet unique de la DGDA ont été cassées, la guérite brûlée et plusieurs autres biens de cette régie financière et des particuliers endommagés.   Certains meneurs de ces incidents ont été arrêtés et condamnés par le tribunal de paix de Kasumbalesa à deux ans de prison. Le gouverneur du Katanga a fustigé le mauvais comportement qui vise à détruire les biens de l’Etat.

Source:mediacongo.net

SOCIAL:Un pavillon Abbé Augustin KALENGA Matembele à la procure de KILWA.

kalenga.bmp

La procure diocésaine à Kilwa est une oeuvre héritée des Pères franciscains. Elle a pour mission d’accueillir les membres du clergé et autres visiteurs de passage à Kilwa. Depuis juillet dernier,cette procure a un nouveau pavillon de dix chambres. La construction de ce bâtiment, placé enposition perpendiculaire par rapport au majestueux lac Moero, a débuté il y a trois ans. Bénéficiant d’un appui financier de l’Oeuvre Pontificale de la Propagation de la Foi des OPM/Rome et d’un financement sur fonds propres du diocèse, ce bâtiment est désormais prêt à accueillir les prêtres etles hôtes de passage à Kilwa.

L’ouvrage a été réalisé conjointement par l’économat diocésain et la Caritas construction. Les travaux ont traîné en longueur à cause, notamment, de l’enclavement de Kilwa et du délabrement fort avancé de la route vers Lubumbashi. Malgré les difficultés rencontrées, l’édifice est complètement construit. On s’emploie maintenant à l’équiper. Afin de pérenniser la mémoire de l’Abbé Augustin Kalenga Matembele, premier prêtre du diocèse, ce pavillon porte son nom. Il symbolise la fraternité, la jovialité et la bonhomie qui caractérisaient ce prêtre qui nous a quittés le 08 juin 2008.

Cette appellation n’est pas un geste banal. D’une part, c’est un hommage rendu à ce serviteur de Dieu et une façon, pour nous, de conserver son souvenir toujours présent dans notre mémoire et davantage vivant parmi nous. D’autre part, cette appellation veut dire que le nom de l’Abbé Augustin Kalenga, premier fils bemba devenu prêtre de Dieu, est inscrit en lettre d’or dans les annales de l’histoire de notre diocèse.

Source:kilwakasenga.net

SOCIAL:Le Pape admet l’utilisation du préservatif « dans certains cas »

pape.jpg

Benoît XVI, a admis l’utilisation du préservatif « dans certains cas », « pour réduire les risques de contamination » avec le virus VIH du sida. Le Saint-Siège souligne toutefois « le caractère exceptionnel » de l’éventuelle utilisation du préservatif.

Pour la première fois, un pape, Benoît XVI, admet l’utilisation du préservatif « dans certains cas », « pour réduire les risques de contamination » avec le virus VIH du sida, dans un livre d’entretiens à paraître mardi.Dimanche après-midi, le Saint-Siège a toutefois tenu, de manière tout à fait inhabituelle, à publier un communiqué pour souligner « le caractère exceptionnel » de l’éventuelle utilisation du préservatif, soulignant, face aux attentes de responsables et militants de la lutte contre le sida, que « le raisonnement du pape ne peut pas être considéré comme un tournant révolutionnaire ».

À la question : « L’Église catholique n’est pas fondamentalement contre l’utilisation de préservatifs ? », le souverain pontife répond, selon la version originale allemande dont dispose l’AFP : « dans certains cas, quand l’intention est de réduire le risque de contamination, cela peut quand même être un premier pas pour ouvrir la voie à une sexualité plus humaine, vécue autrement ».

Jusqu’ici, le Vatican, opposé à toute forme de contraception autre que l’abstinence, réprouvait l’usage du préservatif même pour prévenir la transmission de maladies. En mars 2009, Benoît XVI avait d’ailleurs soulevé une immense polémique, en déclarant, lors d’un voyage au Cameroun et en Angola, que l’utilisation du préservatifs « aggravait » le problème du sida, pandémie dévastatrice en Afrique.

« Homme prostitué »

Pour illustrer son propos, dans ce nouvel ouvrage d’entretiens avec un journaliste allemand qui aborde une multitude de sujets (pédophilie, célibat des prêtres, relation à l’Islam, ordination des femmes…), le pape donne un seul exemple, celui d’un « homme prostitué », considérant que « cela peut être un premier pas vers une moralisation, un début de responsabilité permettant de prendre à nouveau conscience que tout n’est pas permis et que l’on ne peut pas faire tout ce que l’on veut ».

Même s’il ouvre une brèche, Benoît XVI rappelle que pour le Vatican, le préservatif « n’est pas la façon à proprement parler de venir à bout du mal de l’infection du VIH ». « Se polariser sur le préservatif signifie une banalisation du sexe et c’est exactement le danger que beaucoup de gens considèrent le sexe non plus comme une expression de leur amour, mais comme une sorte de drogue, qu’ils s’administrent eux-mêmes », ajoute-t-il.

Réactions mitigées

Le directeur du programme Onusida, Michel Sidibé, a qualifié de « pas en avant significatif et positif » la position du pape : « cette avancée reconnaît qu’un comportement sexuel responsable et l’usage du préservatif ont un rôle important dans la prévention du VIH-sida », a-t-il commenté.

En revanche, l’association française Act Up-Paris a jugé que « le pape est encore loin du compte [...] Si le pape veut vraiment lutter contre l’épidémie, il faut qu’il aille beaucoup plus loin ».Ce premier livre d’entretiens depuis que le cardinal allemand Joseph Ratzinger est devenu pape en 2005 doit être traduit en 18 langues.Concernant les affaires de pédophilie mettant en cause des prêtres, Benoît XVI, 83 ans, reconnaît que « l’ampleur » du scandale était pour lui un « choc inouï ». Cependant, une démission de sa part n’est pas à l’ordre du jour. « Il ne faut pas fuir quand le danger est grand. Par conséquent, ce n’est certainement pas le moment de démissionner », dit-il.

Avec l’islam, il prône un dialogue « sincère ». « Il est important que nous restions intensément en contact avec toutes les forces musulmanes ouvertes au dialogue pour que des changements puissent se produire, là où l’islam lie vérité et violence », dit-il.Le pape évoque également le danger d’un schisme de l’Église et l’éventualité d’un Concile Vatican III, une idée qu’il repousse pour l’instant. Vatican II, organisé de 1962 à 1965, avait ouvert l’1glise catholique au monde moderne.

L’ouvrage est le fruit de 20 heures d’interviews réalisées entre le 26 et le 31 juillet dans la résidence de vacances pontificale de Castel Gandolfo avec le journaliste allemand Peter Seewald. Ce dernier est un ancien communiste reconverti au catholicisme après une rencontre avec le cardinal Ratzinger.« Lumière du monde » sera lancé à 50 000 exemplaires dans la version italienne et 70 000 dans la version allemande.

Source:jeuneafrique.com

JUSTICE – CPI : Jean-Pierre Bemba enfin devant ses juges à la Haye.

jpbemba.jpg

Le procès de Jean-Pierre Bemba, arrêté à Bruxelles il y a plus de deux ans, doit commencer à La Haye ce lundi 22 novembre. Il est accusé de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre que ses miliciens auraient commis en Centrafrique en 2002 et 2003.C’est le troisième procès de la Cour pénale internationale (CPI). Et c’est aussi le troisième procès d’un ressortissant de République démocratique du Congo (RDC). Ce lundi 22 novembre, Jean-Pierre Bemba rejoint Thomas Lubanga Dyilo, Germain Katanga et Mathieu Ngudjolo Chui dans le box des accusés.

Certains observateurs interprètent le fait que seuls des Africains soient pour l’instant jugés par cette cour comme le signe de l’instrumentalisation politique de la CPI et la preuve que celle-ci s’est rangée au service d’intérêts néo-coloniaux. Mais les victimes n’en attendent pas moins ce jour avec impatience depuis de années. Pour commencer à mettre un terme à leur calvaire et à l’impunité qui règne depuis trop longtemps dans l’ex-Zaïre.

La procédure, on s’en souvient, a été lancée par des Africains. Jean-Pierre Bemba avait fui la RDC en 2007 et avait été arrêté le 24 mai 2008 à Bruxelles par les autorités belges en vertu d’un mandat d’arrêt de la CPI qui avait été saisie en 2004 par François Bozizé, au pouvoir en Centrafrique depuis 2003. Et la CPI est le premier tribunal international qui permet la participation effective des victimes, lesquelles peuvent demander réparation.

Responsabilité indirecte

« C’est la première fois dans l’histoire de la justice internationale qu’un chef militaire est jugé au titre de sa responsabilité indirecte pour des viols commis par ses hommes », affirme le bureau du procureur controversé de la CPI, Luis Moreno-Ocampo.

Le sénateur Bemba, 48 ans, est accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité qui auraient été perpétrés par des membres de sa milice, le Mouvement de libération du Congo (MLC), lorsque ceux-ci avaient été appelés à la rescousse par le président centrafricain Ange-Félix Patassé, victime d’une tentative de coup d’État en 2002-2003.Les quelque 1 500 hommes du MLC envoyés sur place se seraient alors livrés à un exercice tristement classique dans la région des Grands lacs : viols, pillages et meurtres. La population civile centrafricaine a vécu le martyre durant cinq mois, entre octobre 2002 et mars 2003.

Viols contre des personnes de 8 à 70 ans

« Lorsque les troupes de Bemba ont achevé la conquête des zones occupées par les rebelles, des petits groupes de 2 à 4 soldats ont été constitués : ils sont allés de maison en maison, violant, pillant et tuant ceux qui opposaient une résistance », a affirmé Moreno-Ocampo. L’accusation a recensé quelque 400 viols à Bangui et 35 victimes seulement ont été autorisées à participer à la procédure alors que environ 1 200 demandes restent encore à être examinées par la CPI.

Ceux qui affirment avoir été violés ont de 8 à 70 ans. « Ce sont des femmes, des hommes, des enfants et des personnes âgées », explique Paolina Massidda, responsable du Bureau du conseil public pour les victimes. « Le viol est une arme de guerre : il sert à humilier les femmes et ceux susceptibles d’exercer des responsabilité au sein de leur communauté », affirme le bureau du procureur.

Le procès devra déterminer si, comme l’affirme l’accusation, Jean-Pierre Bemba « était la seule autorité décisionnaire qui exerçait un contrôle sur toutes les questions militaires du MLC ». Ou si, au contraire, le contingent du MLC « a combattu avec l’uniforme et sous le drapeau centrafricain », affirme un avocat de la défense de Bemba, Aimé Kilolo. « Ce sont les autorités centrafricaines qui avaient en charge le commandement effectif et la discipline », ajoute-t-il. Jugement dans quelques mois.

Source:Infos AFP-jeuneafrique.com

COOPERATION-KATANGA:La Région bruxelloise signe un accord avec la province du Katanga

moisekatumbi.png

Le ministre bruxellois des Relations extérieures au sein du gouvernement Picqué, Jean-Luc Vanraes, a signé un nouvel accord de coopération de cinq ans avec la province congolaise du Katanga, représentée par le gouverneur Moïse Katumbi Chapwe, a-t-il annoncé jeudi.

L’accord de coopération couvre plusieurs terrains de coopération possible: la mobilité, l’environnement (traitement des eaux usées et gestion des déchets) et la salubrité publique, et plus particulièrement l’accès à l’eau potable dans la province. Le Service d’incendie et de l’aide médicale urgente de Bruxelles va examiner la possibilité organiser des cours dans ces domaines à Lubumbashi.

D’autres domaines de coopération seront explorés: l’emploi et la coopération interuniversitaire; l’informatique et le renforcement des capacités administratives et institutionnelles. Concrètement la Région de Bruxelles-capitale soutiendra le développement du parc informatique de l’administration provinciale du Katanga et organisera entre autres des formations pour l’utilisation efficiente du matériel informatique.

On organisera aussi des formations, stages et forums afin de favoriser la mise sur pied d’une administration provinciale et locale efficace et de renforcer la bonne gouvernance à ces niveaux. Au cours de sa visite au Katanga, le ministre Vanraes a rencontré officiellement le gouverneur de la province dans sa résidence à Lubumbashi. Il a également visité les faubourgs et l’intérieur du Katanga (sud-est de la République démocratique du Congo) où des projets pourraient faire l’objet de collaborations. (MUA).

Source:rtlinfo.be

12

Kashengeneke Mountain

Kashengeneke Mountain

CATÉGORIES

  • Album : PHOTOS GALLERIES
    <b>imageslubumbashiii.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Auteur: JOEL KALUMBA

Joel Kalumba

LA RDC

LA RDC

Sondage

D'après vous, Qui est le Meilleur Candidat aux Présidentielles 2011?

  • VITAL KAMERHE (0%, 0 Votes)
  • JOSEPH KABILA (0%, 0 Votes)
  • OSCAR KASHALA (0%, 0 Votes)
  • ETIENNE TSHISEKEDI (0%, 0 Votes)
  • KENGO WA DONDO (100%, 0 Votes)

Nombre de votants: 0

Chargement ... Chargement ...

SOYEZ LE BIENVENU

Mwaiseni mwa Mpweto Kanyamabumba.Nga mulalanda ululimi lwa Cibemba, tulemyeba ukuti mututumine ifikope ifya lekana lekana mu cende yonse iya Babemba.Twamitotela pa kutwa fwilisha umulandu abakwesu baleishibikwa mwi sonde lyonse.

CALENDRIER

novembre 2010
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

lifestyle |
Le Blogidien |
ewondo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien