• Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

Archives pour septembre 2009

Le gouverneur José Makila Sumanda déchu par la Cour suprême de Justice.

josemakila.jpg

L’arrêt de la Cour suprême de justice est enfin tombé lundi, dans l’affaire qui opposait depuis 9 mois le gouverneur de l’Equateur José Makila à l’assemblée provinciale de sa juridiction. Déchu par cette dernière à la suite d’un vote d’une motion de défiance en janvier, ce dernier avait introduit une requête en annulation de la motion que la haute cour vient de déclarer irrecevable, rapporte radiookapi.net

Par cet arrêt, la Cour suprême de Justice confirme donc la déchéance du gouverneur Makila à la tête de la province de l’Equateur. Et conformément à la Constitution, dans un délai de quinze jours, la Commission électorale indépendante (CEI) devra organiser l’élection d’un nouveau gouverneur de province.

De son côté, le gouverneur déchu déclare s’assumer. « Je n’ai pas à discuter ou à critiquer la décision de la justice. La justice est ce que nous connaissons au Congo », a-t-il déclaré en réaction à la décision de la Cour suprême de justice. Invité à expliciter sa pensée, José Makila a ajouté : « Je suis un homme politique, je prends mes responsabilités, le moment venu. Mais pour l’instant, je dis : la justice est celle que nous connaissons au Congo, à vous de comprendre ce que je veux dire. Je me remets à la population congolaise, à celle de l’Equateur en particulier. Je suis politique, je le resterai pour défendre leurs intérêts, un point, un trait. »

Source:radiookapi.net

Guerre des nerfs chez les ténors de l’Amp en lutte acharnée de repositionnement : Muzito et Kamitatu en cadence.

kamitatu1.bmp adolphemuzito.jpg

Au sein de la majorité présidentielle, ça chauffe. Les tirs croisés se multiplient entre les grandes figures de la plate-forme au point que l’on s’interroge, dans l’opinion, sur les motifs réels de cette agitation apparemment puérile. Pour les uns, c’est l’éventualité du remaniement gouvernemental qui serait à la base. Pour d’autres cependant, cette brouille est plutôt justifiée par l’évolution de temps en rapport avec l’évaluation de la contribution du Palu et de l’Udemo à l’action globale de l’exécutif dont les résultats sont jugés maigres. En tout état de cause, à la veille de chaque ménage gouvernemental des suspicions souvent justifiées ou injustifiées alimentent le débat, attisent le feu, installent la rumeur. Dans l’épisode que l’on vit présentement, cela n’échappe nullement à la règle.

Tout est parti de la déclaration politique de l’Arc (Alliance pour le renouveau du Congo) rendue publique samedi dernier à Kinshasa, à l’occasion de l’inauguration du siège national de ce parti cher à Olivier Kamitatu, déclaration sollicitant la restructuration de l’Alliance pour la majorité présidentielle (Amp), des ajustements institutionnels, dénonçant la culture de jouissance de certains membres, recommandant au gouvernement le réajustement des tirs en matière économique, financière et sociale pour satisfaire aux attentes des populations confrontées à la crise et à la pauvreté. C’est un véritable pavé dans la mare que celui jeté par l’Arc qui, lui-même, fait partie tant de l’Amp que du gouvernement Muzito. D’où la levée de boucliers de certains barons de la majorité qui estiment que l’Arc a le droit d’exprimer librement ses opinions, cependant on note qu’elle a soulevé le bouchon trop loin.

Certains observateurs s’interrogent si Olivier Kamitatu, par surcroit ministre du Plan, et les siens pourraient tirer toutes les conséquences de leurs déclarations s’agissant, par exemple, du gouvernement. En tant que partie prenante dans l’équipe dirigée par le Premier ministre, Adolphe Muzito, les ministres de l’Arc sont soumis au devoir de solidarité. Or, en prenant position contre les actions d’un gouvernement auquel ils font partie, ils dérogent à la règle. On s’interroge aussi : de quelle marge de manœuvres disposent-ils pour se mesurer à Muzito ? Quelles sont les motivations profondes de cette démarche aux contours politiques apparemment ajustés selon les intérêts sectaires?

Lutte de repositionnement

De toute évidence, le terrain politique demeure essentiellement celui où la confrontation est déterminée par le rapport de forces. En s’engageant sur cette voie en dehors des concertations avec les autres pairs de la majorité présidentielle, c’est que Kamitatu a des raisons qui le préoccupent lesquelles justifient sa démarche. Selon une source généralement bien informée, le leader de l’Arc serait préoccupé par son sort dans le prochain gouvernement. Raison pour laquelle il s’est mis en position de défensive en fonction de la mouture concoctée par Muzito. On indique que l’homme de Masi-Manimba soupçonnerait ce dernier de vouloir le sacrifier au profit d’une autre personnalité. De là à dire qu’il s’agirait tout simplement, selon les mêmes sources, d’une lutte de repositionnement qui a du mal à dire son nom, la marge est vite franchie. L’avenir confirmera ou infirmera cette version des faits.

  Source: nyota.net

L’honorable Moise Katumbi construit un palais royal à Kashobwe.

palaisroyal230909.jpg 

Le Mwami Kashobwe, le roi du village portant le même nom vient d’être doté d’un palais royal digne de son rang. Ce cadeau vient de lui être offert par un des princes du royaume, le très généreux Mwana Ngwa, Moïse Katumbi qui a puisé jusqu’au fond de sa poche pour sa construction. Ce dernier, qui est également prince, a visité le palais royal le samedi 16 septembre 2009. A cette  occasion, il s’est vu, comme le veut la tradition,  habiller en tenue réservée pour son rang de prince.

Ce palais place ce roi parmi les rares autorités coutumières congolaises à passer le reste de ses jours dans l’une des ces belles villas qui, sans doute, ne manquera pas de susciter l’envie de plus d’une personne. Ce cadeau vient de lui être offert par un des princes du royaume, le très généreux Mwana Ngwa, Moïse Katumbi qui a puisé jusqu’au fond de sa poche pour la construction de cet ouvrage, qui est un véritable chef-d’œuvre.On se rappelle qu’il y a quelques mois, la reine de Kashobwe se tenait devant le chantier de cette maison. Complètement finie et même habitée, cette maison est l’une des plus modernes de la province : carreau, climatisation,  décoration, etc., sont au rendez vous. En tout cas, une fois dedans, on n’a rien à envier aux maisons des grandes villes du pays.

Le gouverneur du Katanga a apaisé la curiosité de la presse qui voulait savoir un peu plus sur la source de fonds qui ont servi à la construction de cette villa.  Moïse Katumbi a indiqué que l’argent est sorti de sa poche. Il a également soutenu que c’est tout le village qui est en train d’être modernisé. A ce sujet, le gouverneur a dit avoir demandé aux habitants de produire des briques cuites et lui  rajouterait les tôles. « Ils payent 30 %, et moi, je leur rajoute le reste », a fait savoir le numéro un du Katanga.

Par ce geste, le gouverneur de province dit avoir exprimé son respect pour le chef, car a-t-il soutenu, « nous devons respecter nos chef. Nous avons beaucoup perdu de notre culture en les plaçant dans les oubliettes ».Il faut signaler que le Mwami était parti en Afrique du Sud pour des soins médicaux (comme on peut le soupçonner) sur financement signé Moïse Katumbi ! Et, c’est à son retour qu’il a trouvé sa maison déjà terminée.

Pendant sa visite au palais royal, le gouverneur habillé en prince a été obligé de placer un mot sur ses origines royales. Interrogé par la presse qui voulait en savoir un peu plus, Moïse Katumbi soutient : «Je suis prince, pas seulement ici à Kashobwe mais partout. Les gens ne connaissent pas l’histoire… Notre roi, c’est le Mwami Munongo. Je suis un des petits-fils du roi M’Siri. Au fait, ma grand-mère c’est la petite-fille aînée du roi M’Siri Kalasamukandabantu, elle s’appelait Mwenda. Donc, je suis de cette famille, à Bunkeya, c’est chez nous, tout comme ici. Pour la petite histoire, mes grands-parents sont venus à Kashobwe pour chasser les Zambiens qui avaient pris le village. Et, comme à cette époque, le payement du service rendu se faisait en nature, comme mon arrière-grand-père, le roi M’Siri était stratège, il a préféré avoir un endroit meilleur pour lui où il pouvait rester », a conclu Moïse Katumbi.

Source:nyota.net

Katanga : le gouverneur de province condamne les méthodes des Services de Sécurité.

moisekatumbic.jpg

A la suite de l’arrestation suivie du transfert à Kinshasa du ministre provincial des mines et affaires foncières, le gouverneur du Katanga donne de la voix et condamne les méthodes de travail des services de renseignement. Moise Katumbi s’est exprimé vendredi matin à Lubumbashi sur cette affaire après avoir reçu Juvenal Kitungwa,le ministre incriminé, à son retour de la capitale congolaise, rapporte radiookapi.net.
Le ministre provincial des Mines et Affaires foncières du Katanga a regagné Lubumbashi jeudi, en provenance de Kinshasa où il a été transféré après son interpellation par l’Agence nationale des renseignements (ANR).
Selon le ministre provincial des Mines et Affaires foncières du Katanga, après avoir été entendu par le procureur général de la République et après confrontation avec le policier qui s’était déclaré victime des coups et blessures de sa part, le procureur général l’a autorisé de regagner Lubumbashi. Juvénal Kitungwa a déclaré attendre la suite de son affaire.

Au lendemain de son retour à Lubumbashi, Juvénal Kitungwa a été reçu par le gouverneur de province. Moïse Katumbi a condamné à cette occasion les méthodes qu’il qualifie d’enlèvement utilisées par les services de renseignement lors de l’arrestation du ministre provincial. Moïse Katumbi a indiqué que ce dernier ira en justice contre tous ceux qui avaient été impliqués dans cet enlèvement.
Pour rappel, le ministre provincial des Mines et Affaires foncières du Katanga a été transféré le vendredi 11 septembre au parquet général de la République à Kinshasa. Juvénal Kitungwa, a été arrêté la veille par l’ANR puis transféré au parquet général où il a été accusé des coups et blessures à l’endroit d’un policier.

Source: radiookapi.net

Moïse Katumbi au chevet des rescapés du naufrage du bateau Kyabuntu à Ankoro.

moise2180909.jpgmoise12180909.jpg

Le gouverneur de la province du Katanga s’est porté le 16 septembre dernier au chevet des rescapés du naufrage du M/B Kyabuntu, survenu le lundi 14 septembre dernier à quelques kilomètres du port d’Ankoro, sur la Lualaba. Accompagné de ses ministres, Moïse Katumbi Chapwe s’est rendu en priorité sur le lieu du drame où près d’une centaine de ses administrés ont péri dans les eaux. Pour y arriver, le gouverneur du Katanga a dû affronter sable et chaleur en marchant pendant près de trente minutes sur la route conduisant au port d’Ankoro. A l’occasion, Moïse Katumbi a transmis les condoléances les plus attristées du président Joseph Kabila à la population  éplorée. Avant de faire savoir ses propres peines devant cet accident comptant parmi les plus dramatiques qu’a connu le pays ces dernières années. Aussi, le gouverneur s’est-il recueilli sur les tombes de trois corps enterrés par les habitants de la cité ; il s’agit d’un homme et de deux femmes non identifiés.

Après la visite du site, le gouverneur et sa suite ont fait le déplacement de l’hôpital général d’Ankoro où sont soignés les 87 rescapés sur les 190 que transportait l’embarcation. Ici, le gouverneur s’est assis à même le sol pour compatir au malheur de ses frères et sœurs et se faire expliquer les circonstances du drame. On retient que l’accident s’est produit autour de 4 heures du matin ; l’embarcation surchargée prenait continuellement de l’eau, en dépit de l’intervention des passagers qui la vidaient. C’est dans ce contexte que le commissaire fluvial, à la base du drame, est mis aux arrêts.

Sur place, Moïse Katumbi a déchargé son cargo de vivres et des produits pharmaceutiques apportés aux rescapés qui en ont urgemment besoin. Intervention spéciale en faveur d’un bébé de 6 mois (dont la maman a péri dans le drame) avec une enveloppe financière conséquente pour son alimentation. Tandis qu’un montant de 20 millions de francs congolais a été mis à la disposition de l’hôpital général pour la prise en charge médicale des rescapés. Par ailleurs, le gouvernement provincial a décidé le rapatriement, par avion, des rescapés qui le voudront ; ils seront évacués sur Kongolo et Lubumbashi, suivant le vœu d’un chacun.

L’élan de magnanimité du gouverneur du Katanga a été salué par les bénéficiaires et la population locale qui voyait son gouverneur pour la première fois. Cela justifie le bain de foule octroyé à Moïse Katumbi et toute sa délégation qui avaient de la peine à franchir la compacte masse d’hommes, d’enfants et des femmes déterminés à saisir le pan de la chemise de leur « Moïse ».

12

Kashengeneke Mountain

Kashengeneke Mountain

CATÉGORIES

  • Album : PHOTOS GALLERIES
    <b>imageslubumbashiii.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Auteur: JOEL KALUMBA

Joel Kalumba

LA RDC

LA RDC

Sondage

D'après vous, Qui est le Meilleur Candidat aux Présidentielles 2011?

  • VITAL KAMERHE (0%, 0 Votes)
  • JOSEPH KABILA (0%, 0 Votes)
  • OSCAR KASHALA (0%, 0 Votes)
  • ETIENNE TSHISEKEDI (0%, 0 Votes)
  • KENGO WA DONDO (100%, 0 Votes)

Nombre de votants: 0

Chargement ... Chargement ...

SOYEZ LE BIENVENU

Mwaiseni mwa Mpweto Kanyamabumba.Nga mulalanda ululimi lwa Cibemba, tulemyeba ukuti mututumine ifikope ifya lekana lekana mu cende yonse iya Babemba.Twamitotela pa kutwa fwilisha umulandu abakwesu baleishibikwa mwi sonde lyonse.

CALENDRIER

septembre 2009
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

lifestyle |
Le Blogidien |
ewondo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien