• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 18 juillet 2009

Archives pour 18 juillet, 2009

Katanga – Musoshi : des rejets de cuivre menacent la santé des habitants .

sodimico.jpg

Les habitants de Musoshi, près de Lubumbashi, se plaignent chaque année de la pollution causée par des déchets abandonnés de cuivre, qui seraient à la base des maladies respiratoires dont ils souffrent. Malgré leur cri d’alarme, personne ne fait rien pour trouver une solution à la menace…A chaque saison sèche, entre avril et octobre, Musoshi étouffe.
Cette petite cité minière située à près de 100 km de Lubumbashi, capitale du Katanga (sud-est du pays), a bien du mal à respirer en cette période de l’année, où le vent sec soulève beaucoup de poussière. Dans cette cité de 187 mille habitants, une bonne partie de la population vit en effet près d’une épaisse couche verdâtre de rejets de cuivre, qui s’est répandue sur une étendue de plus de 5 km de long et 800 m de large au sud-est de Musoshi.

Rejetée par l’usine de traitement des minerais de cuivre de la Sodimico, société paraétatique aujourd’hui en quasi faillite, cette couche est devenue polluante. En période de saison sèche, elle dégage une poussière suffocante. « Ici, tout le monde a le mouchoir au nez. Nous toussons au point de ne plus suivre les cours », témoigne Chrétien Kongolo, étudiant dont l’Université est installée à l’école secondaire Muhona, à une trentaine de mètres du site.Les travailleurs de la société vivent dans un camp tout proche. A proximité se trouve aussi une paroisse catholique, Saint Jean-Bosco dont le curé, père Swinen, a du mal à organiser ses cultes. « Durant la saison sèche, nos fidèles viennent prier le matin quand il ne vente pas, explique-t-il.

Pendant les cultes des dimanches, les portes de l’Eglise sont hermétiquement fermées pour éviter d’attraper la toux. »Rhume ou toux, tuberculose…, la population ne décolère pas. Pour elle, l’immense couche formée par ces déchets de cuivre rejetés pendant des années par l’usine Sodimico est la cause principale de la forte recrudescence, à chaque saison sèche, des maladies pulmonaires dans la cité. « Il y a 5 mois je ressentais des chatouillements au nez, puis j’ai commencé à tousser et à jeter des crachats contenant du sang », raconte Mukoko, une malade de tuberculose.
Les quartiers Kambasa et Béton sont les plus exposés au danger. « Chaque année nous ne fermons plus l’œil et cela dure depuis longtemps », enrage Francine Kapalata, dont une sœur hospitalisée à Muhona crache du sang de la bouche et au nez « à cause de cet acide. » A l’hôpital Muhona de la Sodimico, 1706 cas de maladies pulmonaires ont été enregistrés ces quatre dernières années. Médecin-chef de cet hôpital, François Mulemwa reconnaît que ces infections sont généralement en nette croissance en saison sèche.

Mais il hésite d’établir un lien direct de cause à effet. « L’affaire de rejet des minerais n’est pas à négliger, déclare-t-il. Mais nous ne pouvons pas confirmer que la couche d’acide est responsable de la tuberculose, d’autant plus que ceux qui vivent ailleurs en souffrent. »Travaillant chez Médecins Sans Frontières, son collègue Rufin Kasongo affirme que les personnes vivant dans l’environnement proche du site des déchets de cuivre développent, à coup sûr, des maladies pulmonaires à cause de la poussière qu’ils aspirent. « Il peuvent attraper la pneumonie à base de pneumocoque, le rhume et d’autres maladies de la sphère respiratoire », explique-t-il.

L’absence de pluie est durement vécue par les habitants. Quand la société minière tournait encore, les rejets de cuivre qui sortaient de son usine étaient drainés par un canal d’eau jusqu’à la rivière Musoshi. Depuis l’arrêt de ses activités il y a une douzaine d’années, durant la saison non pluvieuse, « la couche d’acide sèche et dégage un gaz toxique nocif à la santé », constate Jacques Romain Kabila, enseignant à Muhona.


La Sodimico qui n’a pas été dissoute, a conclu une joint-venture avec une nouvelle société, la Minière de Musoshi et de Kisenda (MMK). Ses dirigeants semblent conscient des dangers que représentent les rejets de cuivre, mais disent ne pas avoir des moyens pour les évacuer. « Ils doivent trouver une solution aux maux causés par leur société et qui ruinent notre santé », crie avec désespoir Francine.

Selon le chef de la cité, André Kapampa, son administration a tenu plusieurs réunions autour de ce problème avec le comité de gestion de l’entreprise minière, sans grand succès. Il promet de « s’y mettre », sans aucune autre précision. Une situation d’impasse que la Société civile locale condamne avec véhémence. « Si les autorités et la Sodimico ne font rien, ils mettent toute notre société en danger », tempête Kazadi Kaboba, son président.

Source : mediacongo.net

Nord-Katanga : Manono sera bientôt doté d’un nouvel hôpital

medecinepreventivelarge.jpg 

Conçu pour une capacité de 250 lits, les experts le considèrent comme le plus grand hôpital de la région. Coût du projet : 2 millions et demi de dollars américains. Les travaux viennent d’entrer dans leur phase exécutoire.
C’est presque en catimini que les travaux de construction de cet hôpital ont démarré il y a un peu plus d’un mois, non loin de l’aéroport. Pourtant, l’hôpital général de référence de Manono sera certainement le plus grand de la région, avec sa capacité de 250 lits.
On estime le coût global de 2 millions et demi de dollars américains financé par la Banque mondiale et la présidence de la république. La Compagnie congolaise de construction qui a son siège à Lubumbashi, et Arco-Congo sont les deux agences d’exécution.
On attend de ces deux compagnies, la construction de 9 blocs, y compris la morgue et un bâtiment pour l’isolement de certains malades. En plus de ces travaux, il est prévu également le forage des puits qui devront alimenter l’hôpital en eau potable.
14 mois, c’est la durée prévue de ce projet qui emploie 86 personnes.

Source : radiookapi.net

Barack Obama :« L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, elle a besoin d’institutions fortes ».

obamabarackii.jpg

Samedi 11 Juillet à Accra, dans son tout premier discours sur le sol africain, devant le parlement du Ghana, le chef de la Maison Blanche a invité les Africains à croire en la possibilité de réaliser un rêve et à assumer la responsabilité de l’avenir de leur continent, rapporte radiookapi.net.
«Vous pouvez vaincre la maladie, mettre fin aux conflits, changer fondamentalement les choses. Mais cela n’est possible que si, vous tous, vous assumez la responsabilité de votre avenir. L’avenir de l’Afrique appartient aux Africains eux-mêmes. Mais je peux vous promettre que l’Amérique sera à vos côtés, à chaque étape, en tant que partenaire, en tant qu’amie », a déclaré le président américain.

Il a renchéri : « Comme je l’ai dit tout à l’heure, l’avenir de l’Afrique dépend des Africains. Les peuples d’Afrique sont prêts à réclamer ce futur. Et dans mon pays, les Afro-américains, y compris de nombreux immigrants, se sont développés dans chaque secteur de la société. Nous l’avons fait en dépit d’un passé difficile et nous en sommes sortis grâce à notre héritage africain »

Barack Obama pense qu’avec des institutions fortes et une volonté forte, les Africains peuvent vivre leur rêve à Nairobi, à Lagos, à Kigali, à Kinshasa, à Harare et aussi à Accra. Autre chose, Barack Obama a rappelé que l’histoire est du côté des courageux Africains, pas de ceux qui font des coups d’Etat ou changent les constitutions pour se maintenir au pouvoir. « L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, elle a besoin d’institutions fortes », a-t-il ajouté.


Source: radiookapi.net

Katanga : réhabilitation de la route Lubumbashi – Kasenga – Pweto

pontkasomeno.jpg

La route Lubumbashi-Kasenga, longue de près de 250 kilomètres, est en pleine réhabilitation. Déjà, 60 kilomètres qui font partie de la nationale n°1 sont asphaltés par l’entreprise chinoise CREC. Les autorités du territoire de Kasenga se disent satisfaites de l’avancée des travaux. Les bus de transport en commun couvrent quotidiennement le tronçon Kasenga-Lubumbashi, a constaté radiookapi.net.
Dès la sortie de la ville de Lubumbashi, Kasomeno, à 60 kilomètres vers le territoire de Kasenga, la route a revêtu de sa nouvelle robe. Elle a été asphaltée à ce niveau par l’entreprise chinoise CREC. Ces travaux de réhabilitation et d’asphaltage sur la nationale n°1 se poursuivent sur l’axe Lubumbashi-Kilwa-Pweto. C’est un projet financé par la Banque mondiale.Du côté de Kasenga, le tronçon compris entre le village Kasomeno et ce territoire, soit une distance de 147 kilomètres, est en terre battue. Ici, les travaux de réhabilitation sont exécutés par l’Office des routes, sur financement du gouvernement provincial du Katanga. Sur ce tronçon, les travaux ont atteint 120 kilomètres.

Les 25 derniers kilomètres vers Kasenga constituent encore un calvaire pour les conducteurs de véhicules. La route est couverte d’herbes et de plusieurs nids de poule. L’administrateur du territoire de Kasenga se réjouit tout de même de l’avancement des travaux, car, dit-il, son entité est désenclavée. Des bus font désormais le transport entre Lubumbashi et Kasenga.

Source : radiookapi.net


Kashengeneke Mountain

Kashengeneke Mountain

CATÉGORIES

  • Album : PHOTOS GALLERIES
    <b>imageslubumbashiii.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur: JOEL KALUMBA

Joel Kalumba

LA RDC

LA RDC

Sondage

D'après vous, Qui est le Meilleur Candidat aux Présidentielles 2011?

  • VITAL KAMERHE (0%, 0 Votes)
  • JOSEPH KABILA (0%, 0 Votes)
  • OSCAR KASHALA (0%, 0 Votes)
  • ETIENNE TSHISEKEDI (0%, 0 Votes)
  • KENGO WA DONDO (100%, 0 Votes)

Nombre de votants: 0

Chargement ... Chargement ...

SOYEZ LE BIENVENU

Mwaiseni mwa Mpweto Kanyamabumba.Nga mulalanda ululimi lwa Cibemba, tulemyeba ukuti mututumine ifikope ifya lekana lekana mu cende yonse iya Babemba.Twamitotela pa kutwa fwilisha umulandu abakwesu baleishibikwa mwi sonde lyonse.

CALENDRIER

juillet 2009
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

lifestyle |
Le Blogidien |
le charl'is |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien