Archives pour juin 2009



RDC – Conflits conjugaux : Faut-il présenter l’enveloppe salariale à son épouse ?

francs.jpg 

Cette problématique est un sujet à grand débat, selon les expériences de chaque couple. Des avis recueillis de nos lecteurs, sur le plan religieux, certains ont affirmé que dans un couple, quand il y a amour, on ne peut pas cacher son enveloppe à sa femme selon qu’il est écrit :  » L’amour est patient ; ne dis pas de fausseté, ne soupçonne pas « . Et pour bien gérer le patrimoine, la transparence, la franchise et l’amour doivent être le soubassement d’ un amour bien défini, fondé sur cette alliance qui unit les deux conjoints « .
Du point de vue économique, il y a des hommes qui ont déclaré que certaines femmes ne sont pas économes. « Quand bien même vous lui remettez toute l’enveloppe, elle ne manquera pas de vous demander encore de l’argent pour acheter une boîte de tomate purée… . Socialement parlant, vous serez confrontés à d’énormes difficultés ; comme elle aura le monopole des entrées et sorties, même votre propre transport, vous ne l’aurez qu’avec beaucoup d’équations « .
Un autre aspect est celui de l’infidélité suscitée par le maigre salaire. Une femme dont le mari touche 30 mille francs congolais connaît déjà les limites de celui-ci. Et quand elle sera en face d’un homme qui touche plus que son mari, cette dernière sera tentée d’aller ailleurs par comparaison. La présentation de l’enveloppe salariale entraîne beaucoup des femmes à l’infidélité en voulant trop gagner. Un confrère a souligné que c’est mieux de servir madame journellement, cela vous donnera du crédit et fera de vous un bon patron que de tout remettre pour dépendre de l’autre.
L’homme et la femme doivent apprendre à bien gérer leurs avoirs. Avoir des initiatives et savoir aider l’autre à bien gérer. Comme nous l’avons évoqué ci haut, certains hommes ont déclaré que les femmes ne savent pas gérer. Par contre, il y a également des femmes qui témoignent que les hommes ne sont pas de bons gestionnaires.

Source : groupelavenir.cd

Coupe de la CECAFA : Jour J-3 du coup d’envoi; Le Tp Mazembe séjourne déjà à Karthoum.

mazembekarthoum260609d.jpgmazembekarthoum260609b.jpg

Le Tp Mazembe séjourne depuis le 21 juin à Khartoum au Soudan pour la Coupe de la Cecafa qui se tiendra du 30 juin au 12 juillet 2009.
Logée à l’Hôtel Palace, un cinq étoiles situé en bordure du Nil blanc, l’équipe s’est livrée aux entrainements au Karthoum Stadium. L’entraineur Diego Garzitto qui se confiait aux médias sur place a décidé d’entrainer ses joueurs très tôt matin, soit entre 6 et 8 heures du matin pour échapper aux fortes chaleurs de la journée. Il s’est réjouit néanmoins de l’excellente qualité de la pelouse du stade d’accueil très différente de celle de l’Hôtel Karavia de Lubumbashi où s’entraîne habituellement son équipe.
Pour le coach français des noir et blanc, la venue de l’équipe 7 jours avant la compétition s’inscrit dans le cadre d’une adaptation climatique et plus globalement d’une préparation sérieuse pour les quarts de finales de la ligue des champions d’Afrique. Vingt-six joueurs sont du voyage car, le rythme d’un match tous les deux jours est très soutenu pour la physiologie et qu’il faudrait souvent changer.
Malgré l’excellence de l’équipe qui est restée sur une longue série des victoires, Garzitto demande à ses poulains de donner le meilleur d’eux-mêmes. Il faudrait essayer de battre toutes les équipes en présence pour remporter la Coupe en jeu et entrevoir avec sérénité la ligue des champions. Il trouve qu’elles sont d’un bon niveau pour affronter Mazembe.

Dans les rangs des joueurs, le middleman Deo Kanda a pour sa part déclaré à la presse que l’ambiance est bonne au sein de l’équipe. Tous sont concentrés sur les objectifs à atteindre sur place au Soudan et pour la suite. Son coéquipier Tshizeu qui retrouve la pelouse verte après une longue absence confirme la sérénité au sein du groupe. Et promet des merveilles à ses fanatiques et ceux du Tp Mazembe restés à Lubumbashi.

Douze équipes ambitieuses pour une coupe

Dans cette compétition qui réunit 12 équipes de l’Afrique du Centre et l’Est reparties en 3 groupes, Mazembe fait figure de super-favori dans le groupe B. Celui-ci compte 3 autres équipes à savoir Kampala Council City (KCC) de l’Ouganda, Tanzania Prisons de Tanzanie et Benadir Telecom de Somalie. Les matches de ce groupe B commencent le 1er juillet au Khartoum Stadium et Mazembe sera opposé au Kcc après la rencontre entre Tanzania Prisons et Benadir Telecom.
Le groupe A aussi basé à Khartoum comprend 4 équipes : El-Merreikh (Soudan), Atraco (Rwanda), Mathare United (Kenya) et Kartileh/Djibsat (Djibouti). Tandis que le groupe C qui évoluera à Port-Soudan aligne Tusker FC (Kenya), Hey El-Arab (Soudan), Inter Stars (Burundi) et Miembeni (Zanzibar).La petite finale réunissant les perdants des demi-finales et la finale opposant les gagnants sont programmées au 12 juillet 2009.La phase des groupes ira du 30 juin au 5 juillet, les quarts de finale auront lieu du 7 au 8 juillet et les demi-finales du 9 au 10 juillet.

En groupe A, seuls Kcc et Tanzania Prisons ont déjà pris part à une compétition interclub africaine. Aucun d’eux n’a accédé aux quarts de finales des compétitions où ils ont été engagés. A la deuxième étape de ce tournoi, Mazembe pourrait s’inquiéter de croiser El-Merreikh qui a plus d’expérience que le reste.
Toutes les équipes restantes sont considérées par les chroniqueurs sportifs comme du menu fretin en dépit de la participation de certaines d’entre elles (Atraco, Inter Stars et Miembeni notamment) aux compétitions en cours de la Caf où elles ont été précocement éliminées. Elles ont cependant quelque chose qui fait la force des champions : l’ambition. Elles sont presque toutes le fruit de l’ambition des vrais amateurs du ballon qui mettent tous les moyens en jeu pour remporter des trophées. Après avoir été éliminées en Ligue des champions et en Coupe de la Caf, elles ont furieusement envie de remporter un autre trophée. Celui de la Cecafa dont le prestige est croissant en Afrique de l’Est devient intéressant pour leur palmarès. Mazembe ne se sera pas aussi fâché de l’accrocher à son tableau de chasse.

Source : nyota.net

Musique : Intreview exclusive de Barbara Kanam à l’occasion de la sortie de «Karibu» !.

barbara.gif

Elle est belle et jeune mais surtout, talentueuse. Barbara Kanam, interprète du titre à succès «Bibi Madeleine», accorde un entretien exclusif à Gaboneco.com, à l’occasion de la sortie de son 3ème opus «Karibu», successeur de «Téti». L’artiste effectue son retour après cinq années d’absence. Barbara Kanam, chanteuse d’origine Katangaise et congolaise, fait ses armes en interprétant les répertoires d’artistes internationaux. En 1991, en séjour en Afrique du sud, elle intègre un grand orchestre «Dévotion» et suit des cours de guitare ; un choix judicieux puisque la maîtrise de cet instrument lui permettra de lancer véritablement sa carrière en composant un répertoire de morceaux acoustique. Ainsi commence une carrière qui prendra son envol. Elle participe à la tournée «One Woman Acoustic Show» en Afrique centrale en 1993 et sort son premier album « Mokili», en 1999. En 2004, s’ensuit un deuxième effort : «Téti».

Elle prend alors le recul par rapport à sa carrière qui démarre en trombe et met cinq ans à composer «Karibu», qui se veut être son nouveau chef d’œuvre. A cette occasion, la chanteuse se confie à Gaboneco.com :

 - Barbara Kanam, bonjour à vous et, vous nous revenez après cinq ans de silence. La raison ?

Bonjour à tous les internautes. Je reviens après 5 ans simplement, parce que après le succès de «Bibi Madeleine», je ne pouvais pas me permettre de mettre sur le marché un album en dessous. Je ne cours pas après le temps et ne fais la course avec personne. Ce que je veux avant tout, c’est un album de qualité, à la hauteur de la diva que je suis et une oeuvre qui puisse plaire…

- «Karibu», votre nouvel album, signifie bienvenue en swahili, langue que vous parlez très bien puisque originaire de la RDC. A qui la souhaitez-vous cette bienvenue ? 

A mon public, à l’Afrique, au monde, à tous les amoureux de la musique…L’hospitalité est propre à notre culture et la nécessité aujourd’hui est de garder nos valeurs, notre identité.

- Barbara K., c’est une voix que les mélomanes découvrent sur le plan international en 2003 avec «Bibi Madeleine», qui marchera autant en Afrique que dans l’Hexagone. Pour la réalisation de «Karibu», vous avez décidé de changer en partie votre équipe. Pourquoi ?

Ce qui a changé, c’est l’organisation, je suis producteur a 100 %, j’ai créée mon propre label KANAM MUSIC, je travaille en collaboration avec Kiki Touré et j’ai fait appel à des musiciens comme Olivier Tshimanga, Maika Munan,Popolipo, Awilo longomba a participé a la réalisation de certains titres comme «Reponds-moi». L’album contient un featuring avec fally Ipupa.

- Depuis «Dévotion», l’orchestre au sein duquel vous avez démarrez votre carrière, quel bilan faites-vous de votre carrière qui a bel et pris son envol ? 

 Satisfaite en partie mais, toujours en quête de faire mieux ! L’Afrique et les africains me le rendent bien. Je remercie Dieu pour cette grâce.

- Pensez-vous avoir atteint le niveau que vous vous êtes fixée en entrant dans le monde de la musique ? Sinon, que vous manque- t’il aujourd’hui pour y parvenir ?

Dans ce métier contrairement a d’autres, ce n’est jamais un acquis ! Tout évolue, ça va très vite et il faut beaucoup de moyens pour parvenir a se faire entendre. J’ai travaillé dans des conditions pas toujours facile, j’ai eu des moments de découragement parce que vivre de la musique, n’est pas donné à tous mais, je pense avoir eu beaucoup de chance d’être vite monté au plan international avec deux albums seulement. Aujourd’hui, mon souhait est d’avoir une structure et les moyens qui me permettront d’être présente dans le monde entier et vendre des millions de disques ! «I have a dream too»…

- Au début de l’an 2000, vous sortez «Mokoli» et «Téti» puis ce mois, «Karibu». On constate, que vous tenez à donner à vos albums, des titres purement africains, malgré les nouvelles couleurs apportées au dernier effort. Quelle importance accordez-vous à vos racines et à votre culture Barbara Kanam ?

Une personne sans racine, sans identité, est une personne inexistante. Je suis avant tout, une ambassadrice de ma culture, celle de mon pays et de mon continent. Je veux rester originale mais en harmonie avec mon temps. Le monde doit savoir d’ou je viens. C’est ça, ma vraie richesse.

- Et par rapport au choix de vos chansons ?

J’écris, compose par rapport à mes propres expériences et aux émotions que je ressens. Cette fois, j’ai mis en avant ma féminité, je suis plus sentimentale qu’auparavant.

-Un peu plus femme ?

Je parle beaucoup d’amour, de respect, de paix et de courage, c’est ce que je souhaite à chacun d’entre nous surtout pour notre continent face à toutes ces guerres et leurs conséquences dramatiques, la femme se retrouve le plus souvent fragilisée. Il faut redonner confiance, je suis une femme africaine et j’assume mon africanité.

- Côté cour, côté jardin, Barbara K., désormais célibataire ?

Jardin secret…priorité mon fils, ma carrière. Peut être dans le futur…  Cette question ne pouvait pas ne pas apparaître.

Vos nouvelles relations avec Awilo Longomba qui collabore tout de même après votre séparation, à votre nouvel album ?

Il reste un ami, un de mes meilleurs conseillers, j’ai beaucoup d’admiration pour lui.

- Vos projets musicaux dans l’immédiat ?

Promotiom de l’album «Karibu», concerts dans toute l’Afrique et certainement, l’Olympia l’année prochaine.

- Internet est désormais incontournable. Que pensez-vous de cet outil informatique ?

C’est devenu important pour la promotion mais juste le souci pour le téléchargement illégal des chansons. 

 - Un message à l’endroit de vos fans ?

Grand merci ! Je souhaite que chacun d’entre nous soit un jardin d’amour pour l’être le plus cher, sa famille, ses enfants, pour son pays, pour le monde!!! Il y aurait ainsi moins de guerres, de haine…Mon jardin d’amour c’est vous !

Source : gabobeco.com

Transport aérien : un aéroport en construction à Pweto.

pwetocentreville.jpg

Le territoire de Pweto, à plus ou moins 300 kilomètres de Lubumbashi, au Katanga, sera bientôt doté d’un aéroport moderne. L’ouvrage est financé par le gouvernement central, selon l’administrateur du territoire, et exécuté par EQUIEM, une compagnie sud-africaine.
Les travaux ont déjà commencé et consistent en la construction d’une piste de 2 000 mètres, de deux salles d’attente de type moderne et d’un restaurant. Cette piste aura la capacité d’accueillir des gros porteurs, a indiqué Philippe Le maire, l’ingénieur conducteur des travaux. C’est le site de Muteta, situé à dix kilomètres de Pweto qui été choisi.

Plus de 100 ouvriers y sont à l’œuvre depuis deux jours. Ils sont en train de débroussailler et d’aplanir le terrain. Les travaux vont durer trois mois, selon l’ingénieur conducteur. Il est prévu, en outre, la construction d’une dizaine de maisons pour les agents de la Régie des voies aériennes (RVA).La cité de Pweto dispose actuellement d’un aérodrome qui ne reçoit que des petits porteurs.

Signalons que Pweto est un territoire situé dans la province du Katanga district du haut Katanga. Il couvre une superficie de 20 012 km2 avec une population estimée à 501 234 habitants (Données recueillies auprès de l’administration du territoire de Pweto à l’issue d’un recensement effectué en janvier 2008).

Source : radiookapi.net

La Fifa confirme le transfert de Singuluma chez Le Tout Puissant Mazembe.

singuluma2.jpg

Aucun doute n’est autorisé sur le transfert du zambien Given Singuluma au Tout-puissant Mazembe de Lubumbashi. La Fifa vient de transmettre à la Fecofa un certificat international de transfert de ce sociétaire de Zanaco FC de Zambie, un document daté du 29 mai 2009.
Le meilleur buteur du Chan 2009 va donc évoluer pendant 5 ans au sein du Tp Mazembe. Selon Kitengye Kinkumba, le manager général et directeur sportif des noir et blanc, le contrat prévoit une évaluation tous les deux ans.
Il convient de signaler que l’équipe chère au président Moïse Katumbi avait raflé le marché de ce joueur à une équipe du Finland. Cette équipe exigera d’ailleurs au joueur de rembourser une somme d’environ 19.000 euros qu’elle avait dépensé pour les frais de séjour de Singuluma en Europe pour y effectuer des tests.
Ce joueur aurait jugé plus intéressante les propositions du TP Mazembe. Et, après un court séjour à Lubumbashi, il a regagné son pays pour la préparation du match des éliminatoires Can/Cm 2010 contre l’Algérie (perdu par 2-0). Il arrive en principe ce lundi pour débuter ses entraînements. Et, certainement voyager au Soudan où Mazembe joue la coupe de la Cecafa qui commence le 30 juin.

Source : nyota.net

12345...9

Kashengeneke Mountain

Kashengeneke Mountain

CATÉGORIES

  • Album : PHOTOS GALLERIES
    <b>imageslubumbashiii.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Auteur: JOEL KALUMBA

Joel Kalumba

LA RDC

LA RDC

Sondage

D'après vous, Qui est le Meilleur Candidat aux Présidentielles 2011?

  • VITAL KAMERHE (0%, 0 Votes)
  • JOSEPH KABILA (0%, 0 Votes)
  • OSCAR KASHALA (0%, 0 Votes)
  • ETIENNE TSHISEKEDI (0%, 0 Votes)
  • KENGO WA DONDO (100%, 0 Votes)

Nombre de votants: 0

Chargement ... Chargement ...

SOYEZ LE BIENVENU

Mwaiseni mwa Mpweto Kanyamabumba.Nga mulalanda ululimi lwa Cibemba, tulemyeba ukuti mututumine ifikope ifya lekana lekana mu cende yonse iya Babemba.Twamitotela pa kutwa fwilisha umulandu abakwesu baleishibikwa mwi sonde lyonse.

CALENDRIER

juin 2009
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

lifestyle |
Le Blogidien |
le charl'is |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien